Cinéma

11 août 2019 14:34; Act: 11.08.2019 14:40 Print

Une touche de glamour hollywoodien à Locarno

La Piazza Grande a affiché complet pour assister au dernier film de Tarantino «Once Upon a Time... in Hollywood».

Sur ce sujet
Une faute?

Le dernier Tarantino «Once Upon a Time... in Hollywood» a attiré la foule au Festival du film de Locarno: la Piazza Grande a affiché complet durant le week-end. Quant à l'actrice Hilary Swank, elle a apporté du glamour hollywoodien à la manifestation.

L'Américaine de 45 ans, «oscarisée» deux fois («Boys don't Cry», «Million Dollar Baby»), a reçu vendredi soir un Léopard d'honneur, a chanté les louanges de la Suisse et du festival et a posé sur le tapis rouge avec le conseiller fédéral Alain Berset.

L'acteur Joseph Gordon-Levitt a également contribué à la touche glamour de Locarno. Le Californien âgé de 38 ans a présenté la première mondiale du thriller allemand «7500» du réalisateur Patrick Vollrath, dans lequel il tient le rôle principal.

Samedi soir, la Piazza Grande avec ses 8000 places peinait à accueillir tous les spectateurs voulant assister au dernier film de Quentin Tarantino. Pour maîtriser l'afflux, une projection a été organisée dans l'auditorium Fevi. Au total, 9300 entrées ont été comptées.

Thriller palpitant du Zurichois Samir

Les premiers jours du festival, plusieurs films et documentaires suisses ont été présentés en première mondiale, dont le palpitant thriller «Baghdad in my Shadow» du réalisateur zurichois Samir, qui lie dans son oeuvre les destins d'Irakiens exilés à Londres.

«Shalom Allah» a été projeté dans le cadre de la semaine de critiques, programmée indépendamment du festival. Le cinéaste zurichois David Vogel y pose la question de savoir pourquoi il s'est éloigné de la religion juive pour devenir athéiste.

L'étrange comédie «Les années fertiles sont finies» de Natascha Beller, programmé dimanche soir, était l'unique film suisse montré sur la Piazza Grande. Il raconte de façon amusante le désir obsessif d'avoir un enfant d'une femme trentenaire.

La seule contribution helvétique dans la compétition internationale sera projetée mardi: il s'agit de «O Fim do Mundo» du réalisateur romand Basil da Cunha, 34 ans. Jeudi, le réalisateur suisse Fredi M. Murer («Vitus») recevra un Léopard pour l'ensemble de son oeuvre. Il avait obtenu le Léopard d'Or en 1985 pour «Höhenfeuer» (L'Âme-soeur).

Plusieurs films précoces de Fredi M. Murer ont été programmés à Locarno, dont «Wir Bergler in den Bergen sind eigentlich nicht schuld, dass wir da sind» (1974) ainsi que, pour la première fois, la version restaurée de «Grauzone» (1979).

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Etienne le 11.08.2019 21:57 Report dénoncer ce commentaire

    Un cinéma...

    devenu beaucoup trop "politiquement correct"...

  • LesLumières le 11.08.2019 14:51 Report dénoncer ce commentaire

    Il ne manquait que Weinstein

    Avant il s'agissait du 7e art, maintenant on veut du glamour et du popcorn

  • Trump le 11.08.2019 18:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est bizarre

    les com sur l ai ont été supprimés sans explication pour quel raison hein oui je parle de complot ok voilà .

Les derniers commentaires

  • ancien de montreux le 12.08.2019 12:43 Report dénoncer ce commentaire

    Mon oncle

    Je suis content pour mon oncle Fredi Murer. on avait bien rigolé à Zürich en 2006, il m' avait donné une copie de "Vitus" et je lui ai donné une copie de "Så som i himmelen" film suédois, très bon film, je vous le conseille. Avec Frida Hallgren et Michael Nyqvist Bon: la scène du radiateur vers la fin, ça pompait un peu trop de sang à mon avis. Tcho Ps: merci Fredi pour tes films!

  • Marie le 12.08.2019 08:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Next

    Malheureusement richard gere n'a pas pu être présent, il était occupé à financer les passeurs de clandestins vers l'Italie avec des jérémiades incompréhensibles. Il avait du charme à l'époque, il ne lui reste plus que les scandales pour qu'on parle de lui, triste fin. Mais le festival du film de Locarno s'en remettra, 1 de perdu, 10 de retrouvés comme on dit

  • Malcolm le 12.08.2019 07:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il étais une fois

    Tarantino c'est plus ce que c'étais malheureusement.

    • Ouf le 12.08.2019 08:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Malcolm

      Je sais pas si tu l'as vu, mais détrompe toi !

  • MG - Genevois le 12.08.2019 06:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Votation fédérale

    Mes chers compatriotes, Rendez-vous le 20 octobre 2019.

  • Etienne le 11.08.2019 21:57 Report dénoncer ce commentaire

    Un cinéma...

    devenu beaucoup trop "politiquement correct"...

    • Marie le 12.08.2019 08:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Etienne

      Pire encore, même révisionniste comme le très mauvais Mary Queen of Scots