«Photo de famille»

04 septembre 2018 16:14; Act: 04.09.2018 16:29 Print

Famille éclatée en route vers une réconciliation

par Marine Guillain - La cinéaste Cécilia Rouaud raconte les émois d'une fratrie de cabossés à laquelle plusieurs s'identifieront.

Sur ce sujet
Une faute?

Vanessa Paradis, Camille Cottin, Pierre Deladonchamps, Jean-Pierre Bacri. Rien que ça pour le casting de «Photo de famille». Les trois premiers jouent des frère et soeurs sé­parés depuis l'enfance. Après l'enterrement de papy, ils se mettent (plus ou moins) d'accord pour se partager la garde de Mamie, qui perd un peu la boule. Mais bon, c'est qu'ils ont d'autres chats à fouetter, les frangins!

Mao (Pierre ­Deladonchamps), dépressif et suicidaire sur les bords, noie sa mélancolie dans l’alcool. Elsa (Camille Cottin) ne parvient pas à tomber enceinte. Et Gabrielle (Vanessa Paradis), statue pour les touristes au bord de la Seine, doit gérer son fils qui a honte d'elle et qui veut partir vivre chez son père. Chacun de ces cabossés a de la tristesse et de la colère en lui, et chacun cherche l'apai­sement. Au milieu de tout ça, emmèneront-ils Mamie à Saint-­Julien, comme à l'époque où ils passaient les étés tous ensemble là-bas?

A la fois triste et gai, le second long métrage de Cécilia Rouaud (après «Je me suis fait tout petit») dresse le portrait choral d'une famille avec ses défauts, ni pire ni meilleure que les autres. Simplement un peu excentrique, un peu abîmée... humaine quoi! Le rendu a du charme (Deladonchamps excelle dans l'autodérision de ce pathétique Mao), mais il lui manque quelques étincelles pour briller.