Festival de Locarno

17 août 2019 17:02; Act: 17.08.2019 19:43 Print

Que retient-on des films sélectionnés à Locarno?

par Marine Guillain - A quelques heures du palmarès 2019, on vous parle des oeuvres qui sortent du lot... pour le meilleur et pour le pire.

storybild

«Die fruchtbaren Jahre sind vorbei», de la Suissesse Natascha Beller (Photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

On a de loin pas tout vu. Mais sur la vingtaine de projections auxquelles on a assisté, on a voulu vous faire un petit topo.

Le film le plus... déjanté

«Die fruchtbaren Jahre sind vorbei» «Quoi, tu as 30 ans et tu n'es pas mariée? Tu n'as pas d'enfants?» Voilà une production suisse alémanique de Natascha Beller qui bouscule fait un énorme pied de nez à la pression sociale. Car oui, à passé 30 ans, «les années fertiles sont derrière»... Complètement sous l'emprise des diktats, Leila se fixe de trouver un homme et de tomber enceinte avant ses 35 ans... c'est-à-dire dans les trois mois à venir. La suite est burlesque et hilarante.

Le film le plus... libre

«Love Me Tender» Réalisé par la Suissesse Klaudia Reynicke, ce métrage hors du commun suit une antihéroïne agoraphobe en plein conflit intérieur. Seconda est rageuse, fougueuse, et elle s’affranchit de toutes les normes avec panache. À la fois drôle, profond, atypique et stimulant.

Le film le plus... assoiffé de vengeance

«Coffy». Elle est trop balèze, Coffy. Sa soeur ayant frôlé la mort en s'injectant de l'héroïne, l'infirmière de métier est bien décidée à mettre fin au trafic de drogue. Et elle va s'occuper de ses ennemis un à un, dans un revenge movie jouissif. Réalisé par Jack Hill en 1973, «Coffy» a été montré dans la section Crazy Midnight.

Le film le plus... naze

«Space Dogs» Voir des chiens revenus de l'espace errer dans les rues et dévorer un chat dans des plans à rallonge, c'est juste pas possible. Notre expérience face à cet OVNI est à lire ici.

Le film le plus... bizarroïde

Comme il s'agit de courts métrages, on s'est octroyé le droit d'en sélectionner deux:
«Nimic» Le Grec Yorgos Lanthimos («The Lobster», «Mise à mort du cerf sacré», «La Favorite») met en scène Matt Dillon dans la peau d'un violoncelliste coincé dans sa routine. Jusqu'à ce qu'une femme croisée dans le métro vienne subitement prendre sa place. C'est étrange au possible, c'est du Yorgos, quoi!
«New Acid» Voilà un délire psychédélique animalier dans lequel fusent les sms au contenu improbable entre girafes, autruches et autres rhinocéros.

Le film le plus... grand spectacle

«Once Upon a Time... in Hollywood» Le film le plus attendu de l'année a été montré à guichets fermés sur la Piazza Grande, le premier samedi. Des spectateurs ont assisté aux prestations géniales de Brad Pitt et Leonardo DiCaprio debout sous les arcades ou allongés sur le parvis de la place entre les sièges. On les a rejoints pour revoir la deuxième moitié des 2h40 et franchement, on a encore plus tripé qu'au premier visionnage.