La chronique de Marine

30 novembre 2019 08:14; Act: 30.11.2019 08:14 Print

«C'est tout ce qu'on attend d'un film de Noël»

par Marine Guillain - Cette semaine, dans notre chronique vidéo, nous avons invité des lecteurs à donner leur avis sur «Last Christmas».

Sur ce sujet
Une faute?

A la suite d'un concours sur notre app, les gagnants ont pu voir un film le jour de sa sortie et donner leur avis en sortant de la projection. Découvrez dans la vidéo ci-dessus ce qu'ont pensé Laura et Bastien de «Last Christmas», comédie romantique avec Emilia Clarke dans le rôle titre. Pour un résumé du film et une critique complète, lisez le texte ci-dessous.

Romance sous les lumières de Noël

Elle est dans la galère, Katarina (Emilia «Daenerys» Clarke). Elle se trimbale sa valise dans les rues de Londres, habillée en lutin, n'ayant nulle part où aller. Elle s'est (encore) fait jeter de son logement et il est hors de question qu'elle retourne chez ses parents. Quant au costume vert, c'est ce qu'elle porte dans la boutique de décorations de Noël où elle bosse, en plein Covent Garden. Un jour, elle rencontre Tom (Henry Golding, vu dans «Crazy Rich Asians»), un atypique qui laisse son téléphone dans un placard et qui consacre sa vie à aider les autres...

Ce qui fait d'abord mouche dans «Last Christmas» (réalisé par Paul Feig et écrit par Emma Thompson, qui joue aussi la mère yougoslave de Kate), c'est le profil de cette antihéroïne déchue, interprétée par la reine des dragons Emilia Clarke. Cynique, égoïste, elle picole et aligne les coups d'un soir. En plus de ça, c'est une vraie gaffeuse qui a la poisse: se ramasser un caca d'oiseau dans l'œil ou tomber dans les poubelles, c'est un peu son quotidien.

Un début prometteur, donc. Mais ensuite… ça se gâte salement. «Last Christmas» se veut humaniste et inclusif, mais le message est martelé à tel point que ça gâche tout. Grâce à Tom, mi-guide mi-ange gardien, Kate met de l'ordre dans sa vie, répare ce qu'elle a cassé, vient en aide à son prochain… Tout ça dégouline de bons sentiments, sur la trop discrète bande-son de George Michael. Reste un twist pas forcément prévisible et quelques répliques comiques.