Live

18 mars 2011 07:10; Act: 20.03.2011 00:28 Print

Revivez le showcase d'Irma chez 20 minutes

par Julien Delafontaine - Avant de se produire sur les scènes romandes, la nouvelle pépite de My Major Company a chanté dans les bureaux de «20 minutes».

Irma a chanté en live dans les bureaux de «20 minutes» vendredi 18 mars 2011.
Une faute?

La voix chaleureuse et les mélodies pop-soul joyeusement entêtantes d'Irma ont fait mouche sur le label musical communau­taire qui a révélé Grégoire.

En 48 heures, un record, la Camerounaise, qui réside à Paris depuis 2003, y a récolté suffisamment d’argent (70 000 euros) pour produire son premier album. Intitulé «Letter to the Lord» (distr. Warner), il d­ébarque dans les bacs le vendredi 18 mars 2011.
Rencontre avec sa jeune auteure de 22 ans.

– Irma, comment My Major Company vous a-t-il découverte?
– Pour tromper ma solitude à Paris, j’avais pris l’habitude d’envoyer des chansons à une amie via YouTube. Je les enregistrais dans ma chambre, sans aucune prétention et sans me douter que d’autres personnes les visionneraient. Et un jour, j’ai reçu par e-mail une proposition de My Major Company.

– C’était en 2008. Votre album ne sort que maintenant. Que s’est-il passé entre-temps?
– Tout a débuté comme un conte de fées. L’argent a été récolté rapidement et j’ai passé tout un été à New York pour enregistrer l’album. Un moment merveilleux. Mais une fois de retour à Paris, en le réécoutant, je ne m’y retrouvais pas. Le fait d’avoir travaillé avec un producteur et des musiciens professionnels de très haut vol avait fait disparaître toute mon âme. Je l’ai donc enregistré entièrement une nouvelle fois, avec mes propres et simples moyens.

– Le résultat sonne très soul-pop, mais on y sent de nombreuses autres influences.
– Au Cameroun, on se situe à un carrefour musical. Il y a des influences qui viennent de partout: Amérique latine, France, Etats-Unis. Enfant, j’ai donc écouté autant de la soul, du jazz, de la chanson que de la bossa. C’est ce qui doit expliquer que mon style soit difficilement classable.