Grand Prix d'Espagne

11 mai 2012 15:54; Act: 11.05.2012 16:20 Print

Button le plus rapide lors des essais libres

Le Britannique Jenson Button (McLaren) a réalisé le meilleur temps des premiers essais libres du Grand Prix d'Espagne, vendredi sur le circuit de Catalogne à Montmelo.

storybild

Meilleur chrono pour Jenson Button. (Photo: Reuters)

Une faute?

Le Grand Prix d'Espagne s'annonce très disputé dimanche sur le circuit de Montmelò, près de Barcelone. Les deux séances d'essais libres ont permis de constater que la hiérarchie était toujours très serrée.

C'est l'Anglais Jenson Button (McLaren-Mercedes) qui a établi le meilleur temps de la journée lors de la deuxième séance d'essais libres, durant laquelle les voitures ont été plus rapides que le matin. Button a tourné en 1'23''399, précédant le champion du monde Sebastian Vettel (All/Red Bull-Renault) de 0''164 et Nico Rosberg (All/Mercedes) de 0''372.

Auteur du meilleur chrono lors de la séance matinale en 1'24''430, Fernando Alonso (Ferrari) n'a pas amélioré l'après-midi, se classant 14e de la séance. La monoplace italienne semble toujours en difficulté notamment avec les pneus tendres. L'Espagnol aura de la peine à se battre pour le podium devant son public.

Sur la base des enseignements qu'on peut tirer de ces deux premières séances d'essais, la lutte pour la victoire devrait se jouer entre les McLaren-Mercedes, les Red Bull-Renault et les Lotus-Renault, impressionnantes de régularité. Les Mercedes pourraient aussi se distinguer, pour autant qu'elles n'usent pas trop leurs gommes.

Les Sauber-Ferrari semblent en mesure d'entrer dans les points. Kamui Kobayashi, notamment, s'est montré à l'aise sur le circuit catalan, signant le 3e chrono matinal et le 9e dans la deuxième séance. Sergio Perez (15e/12e) a été davantage en retrait, mais on sait que le Mexicain est capable de bien gérer ses courses.

Les écuries ont beaucoup travaillé avant le retour de la F1 sur le sol européen. Plusieurs d'entre elles ont apporté des nouveautés sur les bolides. Mais il faudra voir en course si ces modifications sont payantes.

Comme depuis le début de la saison, la gestion des pneumatiques et la stratégie qui en découle constituera un élément déterminant. Cela apporte son lot d'incertitude, mais les pilotes commencent à grogner. L'usure inhabituelle des pneus les frustre souvent, car ils ne peuvent pas exploiter au maximum les capacités des voitures.

(ats/afp)