24 heures du Mans

10 juin 2011 00:26; Act: 10.06.2011 00:47 Print

De la console de jeux au circuit le plus mythique

par Jacqueline Favez - Lucas Ordonez sera en piste samedi. Il y a trois ans, cet Espagnol de 25 ans n’avait jamais piloté.

storybild

Le jeune Espagnol sera au volant de l'Oreca-Nissan. Son équipage a réussi le meilleur temps des qualifications de la catégorie LMP2. (Photo: DR)

Une faute?

Son histoire fait rêver. En 2008, Lucas Ordonez remporte un concours organisé par PlayStation et Nissan et gagne le droit de disputer une «vraie» course, à Dubaï. L’Espagnol, âgé aujourd’hui de 25 ans, y fait si bonne figure qu’il deviendra pilote professionnel.

– Vous allez disputer pour la première fois les 24 Heures du Mans. Nerveux?

– Je ressens beaucoup de stress et d’excitation. Et, comme à Dubaï, j’ai de nouveau beaucoup de pression. Cette course m’a t0ujours fait rêver et là, j’y suis. C’est incroyable.

– Vous êtes-vous entraîné sur votre console pour Le Mans?
– Ce circuit figure en effet dans les jeux. C’est une bonne préparation que beaucoup de pilotes adoptent, et moi aussi!

– Est-ce facile de passer du sofa au baquet?
– J’ai suivi trois mois de préparation pour obtenir ma licence internationale. Depuis, je m’entraîne tous les jours. Je faisais du sport avant, mais pas assez pour supporter une course de 24 heures.

– Avant de gagner ce concours, pensiez-vous au sport auto?

– Mon père et mon frère en faisaient et j’ai toujours aimé la course automobile. Mais sans jamais imaginer arriver là où je suis aujourd’hui.

– Comment les pilotes issus de filières traditionnelles vous voient-ils?
– A Dubaï, avant la course, ils étaient un peu distants, c’est vrai. Mais, ensuite, ils sont tous venus me féliciter. Maintenant, je crois avoir montré que j’avais ma place sur les circuits et prouvé qu’on peut très bien débuter par la PlayStation.

– Quel est votre objectif ce week-end?
– Je me réjouis de rouler de nuit car j’aime bien ça. Mais le but principal sera de terminer la course