GP de Grande-Bretagne

03 juillet 2014 10:17; Act: 03.07.2014 10:24 Print

La pression est sur Lewis Hamilton

Deuxième au classement, le Britannique Lewis Hamilton doit réduire son écart avec le premier s'il veut conserver ses chances.

storybild

Lewis Hamilton doit confirmer pour rester dans la course. (Photo: Keystone/AP/Darko Vojinovic)

Sur ce sujet
Une faute?

La pression est sur Lewis Hamilton (Mercedes) avant le Grand Prix de Grande-Bretagne dimanche à Silverstone. Le pilote anglais, 2e du championnat du monde derrière son coéquipier Nico Rosberg, doit absolument réduire un écart qui se monte désormais à 29 points.

Les Mercedes, grandes dominatrices de la saison avec sept victoires en huit courses, dont six doublés, devraient encore être les principales favorites sur le rapide circuit de Silverstone, situé sur une ancienne base aérienne de la RAF à une centaine de kilomètres au nord de Londres. Devant son public, Hamilton se doit de frapper un grand coup et de renouer avec la victoire qui le fuit désormais depuis trois courses (2e à Monaco, abandon au Canada, 2e en Autriche).

Malchance

Rosberg a en effet repris la main, puisqu'il s'est imposé en Principauté et à Spielberg, avec une 2e place à Montréal. Il a ainsi marqué 68 points sur les trois derniers GP, contre 36 à son coéquipier. Cette saison, Hamilton, quatre fois vainqueur, a aussi connu son lot de malchance, avec deux abandons sur problème mécanique (Australie, Canada), tandis que Rosberg a fini toutes les courses sur le podium, s'imposant à trois reprises et obtenant cinq fois la 2e place.

«Silverstone est évidemment une course spéciale pour moi. Le soutien que j'ai ici est incroyable», a déclaré Hamilton sur le site www.F1.com. Vainqueur sous la pluie en 2008 au terme d'une démonstration impressionnante, il rêve de récidiver. «Je suis déterminé à lever le trophée devant mes fans.»

Président non exécutif dans l'organigramme pléthorique de l'écurie Mercedes, Niki Lauda est certain qu'Hamilton n'a pas dit son dernier mot dans la course au titre. «Lewis va continuer à se battre. Il sait qu'il lui faudra lutter avec acharnement pour réduire l'écart», a expliqué le triple champion du monde autrichien (1975, 1977, 1984).

Similitude

Il y a d'ailleurs une certaine similitude entre la saison actuelle et celle d'il y a trente ans, quand Lauda avait décroché son troisième titre. A l'époque, les McLaren-Porsche qu'il pilotait avec Alain Prost dominaient de manière très nette. Elles avaient gagné 12 des 16 courses au programme. Globalement plus rapide, Prost avait signé sept succès contre cinq à Lauda. Mais le Français avait connu quelques abandons alors que son coéquipier avait évité les ennuis et accumulé les points, pour finalement triompher avec... un demi-point d'avance (72 à 71,5).

Patron de l'écurie Mercedes, Toto Wolff s'attend à voir ses pilotes se disputer la victoire à Silverstone. «Ils sont particulièrement à l'aise sur ce circuit. On devrait une fois encore assister à un duel serré entre les deux», a-t-il commenté. La saison dernière, Rosberg avait d'ailleurs gagné après l'abandon d'Hamilton, alors en tête, suite à l'éclatement d'un pneu.

Pour les Mercedes, la concurrence viendra sans doute des Red Bull-Renault de Daniel Ricciardo, toujours très rapide sur le tracé anglais, et d'un Sebastian Vettel qui a soif de revanche après un début de saison très décevant. Les Williams-Mercedes auront sans doute aussi leur mot à dire après leur excellente performance en Autriche, où Felipe Massa et Valtteri Bottas avaient monopolisé la première ligne de départ avant de respectivement finir 4e et 3e, pas très loin du duo Mercedes.

(ats)