Formule 1

16 mars 2011 12:57; Act: 16.03.2011 13:06 Print

Le Conseil des Etats ne lève pas l'interdiction

La levée de l'interdiction des courses de Formule 1 en Suisse a subi un nouveau coup de frein mercredi.

storybild

Sebastian Vettel n'est pas prêt de faire rouler son bolide sur une piste suisse. (Photo: Reuters)

Une faute?

Moins de deux ans après l'échec du projet d'implantation de courses de formule 1 en Suisse au Parlement, le Conseil des Etats a refusé de donner suite à une initiative parlementaire de Jean-René Fournier.

La décision est tombée par 23 voix contre 12. Les opposants ont pesté contre ce «coup de force». «Alors qu'une guerre est en cours en Libye et que le Japon subit une catastrophe sans précédent, nous nous penchons à nouveau sur un projet que nous avons enterré récemment mais qui semble si important à certains», s'est indigné Peter Bieri (PDC/ZG) au nom de la commission.

Au lieu de parler de Formule 1, les partisans évoquent désormais l'interdiction des courses sur circuit. Mais le but demeure; dans ce dossier, on tourne en rond, a critiqué Claude Hêche (PS/JU), mettant en cause la pollution sonore et atmosphérique.

Jean-René Fournier a fustigé la «moralisation environnementale» ambiante. Même si l'interdiction est levée, ce n'est pas demain la veille qu'on verra une course de Formule 1 en Suisse, a martelé le démocrate-chrétien valaisan. Et de plaider en faveur des intérêts des jeunes sportifs suisses, tels que les motocylistes Tom Lüthi et Randy Krummenacher, qui ont besoin de s'entraîner.

Bientôt, le retour

Ses arguments n'ont pas réussi à faire plier la Chambre des cantons. Celle-ci risque cependant d'être confrontée à un nouvel assaut des amateurs de courses de bolides, puisque le National aura aussi son mot à dire avec les initiatives parlementaires similaires de Walter Wobmann (UDC/SO), Christian Wasserfallen (PLR/BE) et Dominique de Buman (PDC/FR).

L'interdiction des courses sur circuit a été décrétée en Suisse à la suite d'un tragique accident survenu au Mans (F) en 1955. En 2009, le Conseil des Etats a fait capoter une autre tentative de supprimer ce veto.

(ats)