Michael Schumacher

22 novembre 2018 11:13; Act: 22.11.2018 11:45 Print

Ses dernières confidences, deux mois avant le drame

A l'approche du 50e anniversaire du champion de F1, sa famille a publié, sur le site internet de celui-ci, un entretien inédit. Il a été réalisé le 30 octobre 2013.

Sur ce sujet
Une faute?

Murée dans le silence depuis l'accident de décembre 2013, la famille de Michael Schumacher a surpris son monde, mercredi. Elle a publié, sur le site internet du champion, une interview réalisée le 30 octobre 2013, soit à peine deux mois avant le drame, survenu sur les pistes de ski de Méribel (F). Inédit, cet entretien repéré par «Marca» a été rendu public à l'approche du 50e anniversaire de l'ex-pilote de Formule 1, le 3 janvier 2019. L'état de santé de l'Allemand reste, cependant, un mystère.

Dans cette interview en dix questions, Michael Schumacher évoque la question du talent, «très important dans le sport automobile, comme dans tout autre sport», estime-t-il. Le Kaiser ajoute toutefois que la clé, c'est le travail: «Pour progresser et franchir des paliers, vous devez non seulement observer votre voiture, mais aussi vous-même et les autres pilotes, et pas seulement ceux qui se trouvent devant vous. Vous devez regarder tout le monde, parce que tout le monde a quelque chose de spécial à vous apprendre», explique le septuple champion du monde.

«Je garde un souvenir ému de Suzuka, en 2000»

La remise en question est primordiale, selon Schumi, qui estime qu'il ne faut jamais avoir «trop confiance en soi». «Les doutes sont très importants pour ne pas devenir arrogant. Je me suis toujours dit que je n'étais pas assez bon et que je devais travailler plus. C'est l'une des clés qui m'a amené où j'en suis aujourd'hui. Ça et le travail d'équipe, car en F1 vous n'êtes rien sans votre team.»

Sur un plan plus personnel, Michael Schumacher fait quelques confidences sur les sportifs qui l'inspirent. Il évoque les pilotes Ayrton Senna ou Vincenzo Sospiri et confie son respect pour Mika Häkkinen, «pour nos grandes batailles en piste et notre relation privilégiée hors des circuits». «Je garde un souvenir ému de Suzuka, en 2000. Après 21 ans sans champion du monde chez Ferrari et quatre ans sans succès pour moi, nous gagnons la course ce jour-là – une course exceptionnelle – et nous remportons ainsi un grand championnat!», se souvient-il. Le champion se présente par ailleurs comme un fan absolu de Harald «Toni» Schumacher.


Sport automobile

(joc)