Moto - 125cm3

14 mars 2011 16:41; Act: 14.03.2011 17:05 Print

Un Neuchâtelois en piste

A tout juste un peu plus de 17 ans, Giulian Pedone va connaître, ce week-end au Qatar, son baptême du feu en Championnat du monde des 125 cm3.

Une faute?

Le Neuchâtelois du Landeron a des objectifs modestes, mais compte bien profiter au maximum de cet apprentissage accéléré. Avec la "promotion" de Randy Krummenacher en Moto2 cette année, l'Américano-Italo-Suisse sera le seul pilote helvétique à évoluer dans la classe biberon.


Vous n'êtes pas très connu en Romandie, pouvez-vous nous en dire plus sur votre parcours ?


J'ai commencé en 2006 en pocket-bike, catégorie où j'ai été Champion de suisse en catégorie juniors B (réd: 12-16 ans). Ensuite, j'ai été contacté par le "Team Suisse", avec qui j'ai couru en Championnat d'Allemagne des 125 cm3 en 2007 et 2008. J'ai ensuite piloté une RZT lors des saisons 2009 et 2010 dans le Championnat IDM.


Quelles sont vos premières impressions sur votre nouvelle machine ?


La moto m'a surpris, comparé à celle que je pilotais l'année passée. C'est incroyable la différence entre un Championnat européen et le niveau mondial. Surtout en ce qui concerne la manière de travailler. En neuf jours de tests, je n'ai pas connu un seul problème, c'est génial ! Je vis un rêve... Chaque fois que je monte sur la moto j'apprends quelque chose et c'était déjà là un des mes objectifs.


A 17 ans, partir piloter sur 4 continents différents, c'est une belle école de vie ?


C'est sûr que c'est une chose incroyable de pouvoir piloter sur tant de circuits. Mais grâce à ma maman qui est Américaine, j'ai déjà beaucoup voyagé. Après, aller tourner au Japon ou en Malaisie... Je ne vais peut-être vivre ça qu'une fois dans ma vie.


Votre ambition cette année n'est pas encore de marquer des points, est-ce que ce ne sera pas frustrant ?


Tant que je progresserai et que je me rapprocherai du top 15, ce ne le sera pas. C'est sûr que si je commence à tourner autour de la 16e ou 17e place, l'objectif va changer naturellement. Mais là, je préfère commencer par apprendre et à bien travailler.

(ats)