Voile - Barcelona World Race

16 février 2011 20:28; Act: 16.02.2011 21:04 Print

«Ca commence à hurler dans les haubans»

par Jean-Philippe Pressl-Wenger - Joints par téléphone alors qu'ils naviguaient en direction de la Nouvelle-Zélande, Dominique Wavre et Michèle Paret ont livré leurs impressions avant le Grand Sud.

storybild

Les deux navigateurs ont pratiquement bouclé la moitié du trajet. (Photo: Keystone)

Une faute?

Alors qu'il était midi et demi à Genève, il faisait nuit noire sur le pont du monocoque Mirabaud engagé dans la Barcelona World Race, tour du monde en double, sans escale. L'heure pour le couple formé de Michèle Paret et Dominique Wavre de faire le bilan. «A mi-course, il est très correct, reconnaît le skipper. Même si les anticyclones nous ont joué de mauvais tours, le bateau et l'équipage se portent bien.» Câlés au sixième rang par les caprices d'Eole, Wavre et Paret n'ont subi aucune avarie sérieuse, contrairement à plusieurs de leurs adversaires.

Le débat sur les portes qui délimitent le parcours de la circumnavigation a également occupé les deux marins. Wavre a regretté les passages obligés à 1000 milles des côtes australiennes, qui découlent d'une décision politique. «Les portes qui nous empêchent de rencontrer les glaces sont légitimes, celles placées de manière administrative le sont moins.»

Si les leaders Jean-Pierre Dick et Loïck Peyron vont faire une halte de 48 heures à Auckland pour réparer, les complices franco-suisses passeront tout droit. Prêts à essuyer un gros coup de vent, Paret et Wavre s'y préparaient au moment de la vacation radio. «On est les deux en ciré, a détaillé la Française. Un ris est déjà pris dans la grand voile et ça commence à hurler dans les haubans.»