Rink hockey

08 novembre 2018 14:03; Act: 08.11.2018 22:20 Print

«L'Europe reste un cadeau empoisonné»

par N.JR - Le HC Montreux doit réunir 50000 francs pour financer son aventure en Euroleague. Le club du président Marc-Henri Guibert rivalise d'ingéniosité pour espérer s'en sortir.

storybild

Les joueurs du HC Montreux ont entamé leur périple européen par une défaite en Espagne contre CE Noia. Ils recevront Benfica le 17 novembre dans leur salle du Pierrier.

Sur ce sujet
Une faute?

Comment boucler un budget européen sans y laisser trop d'argent? C'est la difficile gageure à laquelle sont souvent confrontés les clubs suisses dans leur discipline respective. Entre les importants frais de déplacement (suivant le voyage à effectuer), le logement et les repas pris sur place, l'addition peut vite prendre l'ascenseur.

Après les basketteurs de Fribourg Olympic, ayant récemment fait appel au crowdfounding pour réunir les fonds nécessaire à leur aventure continentale, c'est au tour des hockeyeurs en salle de Montreux de transpirer pour tenter d'équilibrer un budget de 50000 francs. Correspondant à la moitié du budget annuel de fonctionnement.

Engagé cette saison en Euroleague (16 équipes), le club vaudois s'est déjà rendu en Espagne pour y affronter CE Noia mais devra encore se déplacer au Portugal (Benfica) et en Italie (HRC Monza). «Pour notre club, jouer la Coupe d'Europe est important en termes d'images, reconnaît le président Marc-Henri Guibert. C'est aussi un cadeau que l'on fait à nos joueurs, en leur permettant de se confronter à ce qui se fait de mieux. Malgré tout, cela reste un cadeau empoisonné tant il convient de jongler pour tenter de nouer les deux bouts financièrement» Si une Coupe d'Europe ne se refuse donc pas, elle coûte cher en termes d'investissement, les recettes ne couvrant pas toujours les dépenses. «L'an passé, on avait bouclé notre budget spécial avec un petit déficit de 3000 francs. On avait été aidé par les collectivités publiques.»

Le Messi du rink hockey à Montreux

Afin de limiter les frais au maximum, le MHC n'avait récemment voyagé que le samedi matin pour gagner Barcelone puis rejoindre la petite ville de Sant Sadurni d'Anoia où les visiteurs s'étaient inclinés 6-0 quelques heures plus tard. «C'est un peu le système D, il faut savoir se débrouiller.»

L'an passé, les joueurs du Pierrier avaient quasi pu équilibrer leurs comptes grâce à la venue de Benfica, qui avait mobilisé l'importante communauté portugaise de Suisse Romande. «On avait accueilli 1400 spectateurs pour une véritable fête», se souvient le boss local.

Dans moins de 10 jours, les stars de Benfica seront de retour sur la Riviera. «Cette fois, la location marche pourtant moins bien, s'inquiète Marc-Henri Guibert. A pareille époque l'an dernier, on avait déjà vendu 700 billets. Là, on vient de dépasser les 130. Il faut dire que l'on a aussi eu moins de temps pour préparer un tel événement. Or si l'on ne parvient pas à remplir notre salle, on risque de prendre un bouillon financier.» Le 17 novembre, dès 19h, Montreux se frottera aux professionnels de Benfica emmené par l'Argentin Pablo Alvarez. «C'est le Messi du rink hockey», conclut, admiratif, notre interlocuteur. Qui espère que le bouche à oreille aura d'ici là fonctionner.

Résultats/Classements

(nxp)