Hippisme

14 décembre 2019 22:19; Act: 14.12.2019 22:19 Print

«On a tous des étoiles dans les yeux»

par Christian Maillard, Genève - Sophie Mottu Morel, directrice Générale du CHI de Genève, est consciente que la présence de Steve Guerdat et de Martin Fuchs apporte un petit plus au concours de Palexpo.

storybild

«Les gens ont envie d'être là pour les grands moments», dit Sophie Mottu Morel. (Photo: Keystone)

Une faute?

A l'instar des deux stars helvétiques qui sautent sur le toit du monde, Sophie Mottu Morel vit sur un petit nuage lorsqu'elle débarque début décembre à Palexpo.

Directrice Générale du CHI de Genève depuis seize éditions, Sophie Mottu Morel franchit chaque hiver les obstacles de sa fonction avec une aisance et surtout le sourire qu'elle ne quitte pratiquement jamais. Une fois que la cloche sonne, que les chevaux s'envolent sur la piste, cette Genevoise est aux anges, surtout cette année avec la présence à Genève de Steve Guerdat et de Martin Fuchs avec le matricule 1 et 2 mondial sur le dos.

Le fait que Steve Guerdat et Martin Fuchs soient au sommet de la hiérarchie mondiale a-t-il des répercussions pour votre concours?

Il est certain que c'est un réel moteur pour nous car au niveau médiatique on parle évidemment un petit peu plus du CHI. On a tous des étoiles dans les yeux et cela créée des passions, un engouement autour de tout ça qui nous aide forcément énormément.

Sentez vous qu'il y a eu plus de demandes au niveau de la billetterie?

C'est compliqué à dire parce que de manière générale les billetteries s'essoufflent un peu dans tous les domaines que ce soit. Mais je dirai que oui. Les gens ont envie d'être là pour les grands moments. On voit que ce vendredi pour le top 10 et le dimanche pour le Grand Prix, ce sont des soirs qui partent très bien concernant la vente des tickets.

Avec Guerdat et Fuchs, c'est forcément une bénédiction...

Le public a surtout envie de voir à l'oeuvre ces deux champions, d'avoir, qui sait, la chance de les croiser dans les couloirs. Notre chance est de pouvoir compter sur des paddocks d'entraînement qui sont accessibles au public. Il arrive souvent que les cavaliers, comme Steve et Martin, leur disent un petit bonjour et les gens sont comblés. Et ça, ils ne peuvent le vivre que s'ils viennent au concours. Et de savoir qu'ils peuvent voir ces champions de si près, ça les motive à effectuer le déplacement.

Résultats/Classements