Voile

07 février 2019 14:33; Act: 08.02.2019 06:47 Print

«Spindrift 2» sera rapatrié en France par cargo

Le trimaran noir et or de Yann Guichard est arrivé à Fremantle (Australie) mercredi.

storybild

«Spindrift 2» est en sécurité dans le port de Fremantle. (Photo: spindrift-racing.com)

Sur ce sujet
Une faute?

«Spindrift 2», qui a dû abandonner sa tentative de record du Trophée Jules Verne, est enfin sécurisé dans le port de Fremantle (à côté de Perth, en Australie occidentale), après cinq jours d'incertitude quant à la tenue du safran de flotteur tribord, dont la mèche s'est rompue entre les deux paliers.

Après réflexion, il a été décidé que la meilleure solution - et la plus rapide - consistait à rapatrier le trimaran noir et or par cargo, car il faudrait attendre au moins trois semaines pour récupérer de nouveaux safrans.

«On va démonter le safran et s'organiser pour faire ramener le trimaran par cargo, précisait Yann Guichard quelques heures après son arrivée dans le port australien. On a bien évidemment un doute sur l'autre safran, et c'est prendre un risque de revenir par la mer à notre base, vu que nous sommes quasiment à l'autre bout du monde. Tout l'équipage et les cinq hommes du team technique vont se focaliser sur la préparation de ce retour cargo: il faut démâter et mettre le bateau propre pour ce voyage.»

Guichard est aussi revenu sur les circonstances de l'abandon de «Spindrift 2» lors de sa tentative de record autour du monde: «Nous avons cassé le safran du flotteur tribord après les Kerguelen, on ne sait pas exactement à quel moment, mais Thierry Chabagny qui était à la barre, a indiqué qu'elle devenait très dure. Or, nous n'avons rien touché! Comme c'était de nuit, nous avons tenté de savoir pourquoi: le parallélisme, la tension des drosses, un objet dans les safrans? Mais rien de tout cela. Et quand nous avons changé de barreur, toujours le même effet. Cela devenait même de plus en plus impossible, car le bateau faisait ce qu'il voulait. On s'est rendu compte au petit jour que la mèche du safran tribord était cassée entre les deux paliers...»

Le temps de la réflexion

Très déçus par cette avarie, alors qu'ils étaient parfaitement dans les temps du record du Trophée Jules Verne avec de bonnes conditions météorologiques pour aborder le Pacifique et le cap Horn, Yann Guichard et ses onze hommes souhaitent désormais des explications. «Nous allons analyser ce qu'il s'est passé, mais je ne cache pas que je suis extrêmement déçu, et tout l'équipage avec moi. Après le démâtage avant même le départ il y a un an, cela fait la deuxième fois que le matériel nous lâche! C'est vraiment frustrant de savoir que nous n'avons rien touché, rien fait d'anormal, mais que cela se produit tout de même.»

Avant d'envisager une nouvelle tentative ou un programme revisité, Yann Guichard se laisse le temps de la réflexion, en fonction des résultats des analyses permettant de comprendre pourquoi la mèche de safran s'est rompue sans aucun choc. «Pour l'instant, on se concentre sur les explications à trouver pour cette casse de safran. C'est encore un peu tôt pour savoir ce que nous allons décider. On va d'abord se poser et réfléchir, avant de prendre une décision quant à la suite du programme, Trophée Jules Verne ou pas l'hiver prochain.»

Résultats/Classements

(Sport-Center/comm)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.