18 mai 2012 18:32; Act: 18.05.2012 20:10 Print

«Une qualification pour Londres serait incroyable»

par Oliver Dufour, Zoug - La paire Sascha Heyer-Sébastien Chevallier livrera dans les semaines à venir ses dernières bagarres en vue d'un sésame olympique. Une situation qui surprend presque les deux joueurs.

storybild

Sascha Heyer (à gauche) et Sébastien Chevallier: mission Jeux de Londres. (Photo: Keystone)

Une faute?

«C’est un objectif que nous avions annoncé sans vraiment trop y croire nous-mêmes», se marre Sébastien Chevallier, en marge d’un tournoi de Continental Cup à Zoug. Le jeune Genevois (25 ans en juillet) fait allusion à une qualification pour le tournoi olympique de beachvolley, qui se trouve à portée de smash, à tout juste dix semaines du grand rendez-vous. «La suite va être importante», reprend celui qui, l’an dernier, avait été désigné pour sa première saison «rookie de l’année (n.d.l.r.: meilleur débutant)» par la fédération internationale. «Nous allons essayer d’accrocher une place dans le Top 16 olympique (n.d.l.r.: synonyme de qualification directe). Nous étions 15es en début de saison, mais nous avons chuté au 17e rang. Une remontée passe par de bons résultats rapides dès l’Open de Prague (22-27 mai) et aux tournois Grand Slam de Moscou (7-12 juin) et Rome (13-17 juin).» La marge de l’équipe est en effet mince pour repasser du bon côté de la barre.

«Une préparation émotionnelle»

Arrivé très rapidement au sein des meilleures formations mondiales, alors que Sébastien Chevallier était inexpérimenté et ne comptait aucun point FIVB – il a fallu passer par la voie des qualifications – le duo doit désormais confirmer ses débuts tonitruants. Le vétéran Sascha Heyer (40 ans en juillet), qui tirera sa révérence de la scène professionnelle après les Jeux, quoiqu’il arrive, assure évoluer sans pression. «Nous avons vécu jusqu’ici une préparation très dure, intense et émotionnelle. Ca serait déjà un accomplissement de nous qualifier. Je dirais même une surprise, se reprend le Zurichois, car nous sommes partis de zéro. Si nous allons à Londres, nous pourrons jouer de façon détendue.» - «Ca serait incroyable, réplique son partenaire. Un rêve de gosse.» Heyer avait déjà goûté aux Jeux en 2008 à Pékin, alors qu’il s’agirait d’une première pour Chevallier.

Une équipe équilibrée

Sur le terrain, la dynamique de l’équipe a trouvé un équilibre quasi parfait entre la fougue de Chevallier et l’expérience de Heyer. «C’est assez incroyable, personne ne s’y attendait vraiment, souligne le volleyeur de Versoix. Mais nous avons les mêmes buts sur le terrain. Sinon l’équipe ne fonctionnerait pas. Si Sascha n’avait plus d’envie, il se serait arrêté avant. Il n’a plus rien à prouver. S’il joue, c’est qu’il en veut.» En cas d’échec dans la course au Top 16, les deux compères pourront encore tenter de décrocher une des huit places olympiques restantes (deux billets maximum par pays au total) par le biais de la Continental Cup, la compétition de qualification pour les JO.

Les dames dans le bon wagon

Pour la paire helvétique No1, Patrick Heuscher-Jefferson Bellaguarda, la position est plus confortable. Le Thurgovien et le natif de Salvador de Bahia, au Brésil pointent au 9e rang olympique, mais ne se montrent pour autant pas satisfaits de leur forme actuelle. «Nous avions vraiment d’autres attentes, martèle Patrick Heuscher. C’est inutile de penser aux Jeux pour le moment. Notre prochain objectif est avant tout de retrouver notre jeu. Si c’est le cas, les résultats suivront.»

Quant à la troisième paire suisse, formée de Martin Laciga et Jonas Weingart, ses chances d’être du voyage à Londres semblent quasiment nulles. Chez les dames, en revanche, la voie royale semble ouverte pour le duo Simone Kuhn-Nadine Zumkehr, placé au 11e rang olympique avec une avance confortable sur la dernière place qualificative.

En finale

La Suisse s'est qualifiée pour la finale de la Continetal Cup. En demi-finale les duos Sascha Heyer/Sébastien Chevallier et Patrick Heuscher/Jefferson Bellaguarda ont créé la sensation en éliminant les géants russes.

Grâce à ce succès, la Suisse reste dans la course pour obtenir une paire supplémentaire aux Jeux olympiques de Londres.

Demi-finales. Messieurs: Suisse - Russlie 3-1. Sascha Heyer/Sébastien Chevallier perdent contre Dimitri Barsuk/Konstantin Semenov 21-18, 20-22 15:17. Patrick

Heuscher/Jefferson Bellaguarda battent Sergej Prokopiev/Juri Bogatov 21-16 21-11. Heuscher/Bellaguarda battent Barsuk/Semenov 21-

17 18-21 15-9. Heyer/Chevallier battent Prokopiev/Bogatov 21-19 21-19.

Deuxième demi-finale: Norvège bat Italie 3-0. Finale: Suisse - Norvège.