Dakar

17 janvier 2019 17:29; Act: 17.01.2019 17:43 Print

Al Attiyah, puissance trois

par Jean-Claude Schertenleib - Le Qatari a remporté pour la troisième fois le rallye Dakar. Pour la marque Toyota, c'est une première.

storybild

Nasser Al Attiyah, vainqueur de son troisième Dakar. (Photo: EPA)

Sur ce sujet
Une faute?

Nasser Al Attiyah (Toyota) s'est imposé pour la troisième fois sur le rallye Dakar, qui s'est déroulé cette année selon une nouvelle formule: plus courte – 10 étapes -, plus difficile – le sable en quasi permanence – et dans un seul pays, le Pérou.

Vainqueur de la première étape, Al Attiyah a fait parler son expérience, pendant que ses principaux concurrents connaissaient des soucis. Parmi eux, le nonuple champion du monde WRC Sébastien Loeb (Peugeot), d'abord lâché après avoir perdu beaucoup de temps à trouver un contrôle de passage, puis retardé par différents soucis techniques (électriques d'abord, puis double bris de cardan à l'avant-veille de l'arrivée).

Stéphane Peterhansel (Mini), considéré à juste titre comme «Monsieur Dakar» avec ses 13 victoires, a renoncé après un atterrissage douloureux faisant suite au passage d'une dune, son équipier David Castera étant touché au bas du dos. Les autres favoris désignés, comme l'Espagnol Carlos Sainz (Mini), Cyril Despres (Mini) et les équipiers d'Al Attiyah chez Toyota ont tous connu des soucis. Celui qui s'en est le mieux sorti, derrière le dominateur de la course, c'est bien l'Espagnol Nani Roma (Mini), finalement deuxième devant Sébastien Loeb.

Une place dans les 20 premiers pour Rémy Vauthier

Un Suisse était engagé sur quatre roues et le Genevois Rémy Vauthier (Optimus) a fait beaucoup mieux que se défendre, malgré une lourde pénalité en début de course, pour avoir raté l'un de ses fameux contrôles de passage. Revenu dans le top vingt à la veille de l'arrivée – «on a commencé la spéciale au maximum, pour tenter d'entrer parmi les vingt premiers. Après 250 km, on n'était même pas loin du top 10 du jour, lorsqu'on a perdu une heure pour «accrocher» trois points de contrôle. Mais nous n'avons pas dû être les seuls à connaître des problèmes à cet endroit-là, puisqu'on termine 19e de l'étape» -, il a assuré parfaitement son coup ce jeudi, pour cet ultime dessert en formes de dunes: Rémy Vauthier et son expérimenté équipier français Pascal Larroque (20e participation) se classent finalement 19e, une sacrée performance pour un pilote tombé amoureux du désert il y a quelques années et qui, constructeur (architecte) dans le civil, a su fabriquer dans les innombrables dunes de sable péruvienne, ce magnifique résultat.


Moto: toujours KTM

KTM est toujours imbattable sur le Dakar moto. Grâce au très courageux Australien Toby Price (fracture du poignet droit début décembre), le constructeur autrichien l'emporte pour la dix-huitième fois d'affilée. Et cette année, après la poisse qui a collé aux basques des meilleurs pilotes Honda – l'Espagnol Joan Barreda se plante dans une baignoire de sable après une dune et ne parvient pas à en ressortir, l'Américain Ricky Brabec explose son moteur à deux jours de l'arrivée – et les soucis d'Adrien Van Beveren, l'homme de pointe chez Yamaha (moteur, mercredi), ce sont les «cousines» suédoises de KTM, les Husqvarna, qui auront été les plus sérieuses concurrentes de la marée orange. Au départ de cette ultime étape, le Chilien Pablo Quintanilla était pointé à 1'06 du leader; décidé à prendre tous les risques pour refaire son retard, le pilote Husqvarna est tombé au km 10, se blessant à un pied. Il a du même coup perdu sa deuxième place au profit du vainqueur de l'an dernier, l'Autrichien Matthias Walkner (KTM).

Deux motards suisses étaient au départ cette année. Le Genevois Hugo Lopes (KTM), engagé dans la catégorie «Original by Motul», donc sans la moindre assistance extérieure, a abandonné lors de la quatrième étape, moteur cassé: «Malgré le soin apporté à la préparation, le moteur a avalé du sable. Enfin, du sable, ces jours-là, dans le fech-fech, c'était plutôt de la farine», grimace l'instituteur de Cressy.

Brabeck-Letmathe termine finalement au 38e rang

Etabli à Paudex, Nicolas Brabeck-Letmathe (KTM) en était pour sa part à sa quatrième expérience sur le plus exigeant des rallyes-raids. Né au Chili, il a dès son plus jeune âge découvert les décors uniques de la côte pacifique de l'Amérique du Sud. Et il s'en est sorti remarquablement bien, en savant gérer ses efforts – au Dakar, il faut essayer de ne jamais se mettre dans le rouge! – et sa machine, parfaitement préparée et entretenue par le team de David Casteu. Finalement classé 38e, Nicolas, dont toutes les retombées économiques de son défi sont versées à une association qu'il anime avec son épouse et des amis (www. associationleon.com) - «si on donne un poisson à quelqu'un il mangera un jour, si on lui apprend à pêcher, il mangera toute sa vie » rappelle-t-il -, obtient son meilleur classement personnel.

Résultats/Classements

(nxp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jean le 17.01.2019 18:09 Report dénoncer ce commentaire

    Dommage

    Le Dakar mérite plus de visibilité

  • kib le 20.01.2019 07:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pfff

    Je sais que moi , je ne regarde en rien pour économiser, comme l'eau, le tri de mes dechets, je suis au max pour mon plaisir , donc naturellement contre les éoliennes et autres conneries du genre , tout pendant qu'on interdira pas ce genre de course .....

  • Ankhor Pluvitt le 20.01.2019 05:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sixième sens

    Bien connaître les formes des dunes pour mieux anticiper ce qu'il y a derrière est un avantage énorme pour aller plus vite où c'est possible sans risque d'envols catastrophiques. Bravo le maître, quels écarts et de pièges évités.

Les derniers commentaires

  • kib le 20.01.2019 07:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pfff

    Je sais que moi , je ne regarde en rien pour économiser, comme l'eau, le tri de mes dechets, je suis au max pour mon plaisir , donc naturellement contre les éoliennes et autres conneries du genre , tout pendant qu'on interdira pas ce genre de course .....

  • Ankhor Pluvitt le 20.01.2019 05:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sixième sens

    Bien connaître les formes des dunes pour mieux anticiper ce qu'il y a derrière est un avantage énorme pour aller plus vite où c'est possible sans risque d'envols catastrophiques. Bravo le maître, quels écarts et de pièges évités.

  • Jean le 17.01.2019 18:09 Report dénoncer ce commentaire

    Dommage

    Le Dakar mérite plus de visibilité

  • Step Robert le 17.01.2019 17:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ne l'appelez plus Dakar

    C'est plus un Dakar vu la localisation, la durée et le contenu de l'épreuve. Autant créer une nouvelle formule! Ridicule!

    • Dakar Tour le 17.01.2019 22:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Step Robert

      Ben va y lance toi fait une nouvelle épreuve... la critique toujours facile.

    • Amateur le 18.01.2019 00:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Step Robert

      C'est une marque déposée si jamais en respect au fondateur décédé !! Renseigne toi avant d'écrire !!

    • kib le 20.01.2019 07:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Amateur

      En respect ? L'accident etait deja un signe ..... aucun respect de ma part pour ces gens ! J'ai juste une pensée pour ces pauvres indigenes en afrique ! Moi de droite pas un gaucho ou PDC Valaisan .....