Pétanque

28 mars 2019 15:17; Act: 28.03.2019 15:35 Print

Boire, pointer ou tirer, il faut choisir

par Robin Carrel - Le jeu de boules espère devenir olympique un jour. Alors la Fédération française a décidé de serrer la vis.

storybild

Les boulistes vont devoir faire attention. (Photo: Keystone/Gaetan Bally)

Sur ce sujet
Une faute?

Normalement, dans le Sud de la France, Pastis rime avec pétanque. Mais dès le 1er janvier de cette année, cette dernière est surtout conjuguée avec contrôle d’alcoolémie. Selon «La Dépêche du Midi», il n’est désormais plus possible de jouer à la pétanque après avoir consommé de l’alcool. Tout joueur surpris avec plus de 0,5 gramme dans le sang sera automatiquement exclu de la compétition à laquelle il prend part.

Pire, selon les cas, les joueurs ayant trop forcé sur la bouteille pourront être tout simplement radiés de la Fédération française de pétanque et de jeu provençal (FFPJP). Une mini-révolution qui sera appliquée, par exemple en Haute-Garonne, par des médecins et des membres du comité départemental, qui ont été désignés pour se rendre chaque week-end sur les tournois.

A Tournefeuille, dans le Sud-Ouest du pays, une compétition avait fini par virer au pugilat entre boulistes. «Les protagonistes étaient très éméchés. Ils s’insultaient durant la partie. Puis, finalement, ils en sont venus aux mains dans notre local. On ne veut plus tolérer ça », ont lâché Michel Soumebelle et Patrick Taurine, dirigeants de l’association du coin, dans la «Dépêche».

«Ces problèmes sont fréquents. Des personnes se rendent sur les compétitions complètement ivres. Des participants transportent même des bouteilles dans leur voiture pour consommer discrètement. Ils deviennent ensuite incontrôlables sur les boulodromes», a constaté pour sa part Serge Mexès, le dirigeant du club de Saint-Orens, situé à quelques kilomètres de Toulouse.

Frustrée de ne pas avoir été choisie pour faire ses débuts olympiques en 2024 à Paris, la pétanque a donc décidé de changer son image. Il y a un an, c’était le port de jeans, de débardeurs ou de… claquettes qui était prohibé. Cette fois, la FFPJP a décidé de contrôler les joueurs et même d’interdire la vente d’alcool fort dans les buvettes. Seuls les bières et les vins chauds sont tolérés. Et tant pis pour le petit jaune.

Résultats/Classements