Basketball

14 avril 2019 12:38; Act: 14.04.2019 14:36 Print

Capela: «Tôt ou tard, il faut battre Golden State»

par Grégory Beaud - Les Houston Rockets commencent les play-off cette nuit contre Utah avec Golden State dans le viseur. Malade, Clint Capela sera prêt.

storybild

Clint Capela (à g.) et James Harden. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Après la fin de la saison régulière, Clint Capela a manqué deux jours d'entraînement. Une blessure ? Non. Une «upper respiratory infection» selon le club. Un coup de froid. De retour sur le parquet samedi pour le dernier jour de préparation au quart de finale de Conférence face à Houston, le Genevois des Rockets n'était pas encore à 100% comme il l'a confié aux médias locaux. Par chance, l'acte I de cette série face au Jazz n'a lieu que dimanche soir (3h30 dans la nuit de dimanche à lundi en Suisse). Il aurait pu se disputer le samedi. «Je suis sûrement celui qui a avait le plus besoin de ce jour de repos supplémentaire», a rigolé le pivot suisse de la franchise texane. Interview à quelques heures du début des play-off.

Clint Capela, première question, comment ça va?

Un peu mieux. Je serai prêt pour le premier match.

La santé, c'est justement ce qui a manqué la saison dernière pour atteindre la finale avec la blessure de Chris Paul face à Golden State.

Exactement. Cette saison, cela peut faire la différence car nous sommes en bonne forme. Nous avons également un vécu collectif plus grand. Cette expérience acquise en 2018 nous permet d'avoir confiance les uns dans les autres. Nous avons traversé des moments difficiles au cours de cette saison également. Cela nous a rendus plus forts.

Vous considérez-vous comme un des favoris au titre?

Nous sommes très durs à battre sur une série de sept matches, c'est tout ce que je sais. Favoris? Je ne dirais pas ça. Il y a Golden State qui sait comment gagner des titres.

Des Warriors que vous rencontreriez déjà au deuxième tour en cas de qualification

Oui mais c'est égal. Tôt ou tard, il faut de toute façon battre Golden State pour être champion. En finale, demi-finale ou deuxième tour, c'est égal. Autant être vite fixé. Mais il faut déjà nous intéresser à Utah avant de penser à la suite.

Avez-vous franchi un palier cette saison à titre personnel également?

Oui, clairement. Je me sens plus solide et plus régulier sur le parquet. Je joue davantage et, surtout, je vois que l'équipe adverse se focalise sur moi dans son plan de match.

Comment le constatez-vous?

Il y a certaines séquences où des joueurs préfèrent laisser James (ndlrHarden) que de me laisser seul. Ce jour-là, j'ai compris que j'étais devenu un problème. C'est gratifiant, car grâce à cela, je me rends aussi compte que cela laisse de la place à James pour manoeuvrer.

Malgré cela, vous terminez la saison avec 70% de réussite aux shoots depuis votre retour de blessure.

Vraiment? Je ne m'en suis pas rendu compte. Je joue actuellement avec beaucoup de confiance. J'attaque le cercle et cela fonctionne. Je me sens prêt à relever le défi de ces play-off.

Résultats/Classements