Athlétisme

25 avril 2019 15:27; Act: 25.04.2019 15:27 Print

Deux légendes de la course à pied s'écharpent

Durant un séjour de Mo Farah dans un hôtel appartenant à Haile Gebreselassie, le Britannique dit s'être fait voler, ce que l'ex-champion éthiopien conteste. Bisbille.

Sur ce sujet
Une faute?

Une joute par médias interposés oppose deux légendes de la course à pied: l'Ethiopien Haile Gebreselassie accuse le Britannique Mo Farah, qui court le marathon de Londres dimanche, d'un comportement «honteux» et d'une agression dans son hôtel en Ethiopie, où le Britannique assure avoir été volé.

Le 23 mars, en pleine préparation pour le marathon de Londres à Addis-Abeba, Mo Farah assure qu'environ 2500 livres (2300 francs) lui ont été volés dans sa chambre de l'hôtel appartenant au double champion olympique du 10'000 m éthiopien, désormais retraité.

«Quelqu'un a pris la clé à la réception, est entré dans ma chambre, a pris mon argent, a pris la montre que ma femme m'avait offerte, et deux téléphones» a expliqué Mo Farah en conférence de presse mercredi, dévoilant plusieurs messages envoyés à l'Ethiopien à qui il reproche son manque de réaction.

Agression dans la salle de sport

Dans un communiqué, Haile Gebreselassie a répondu au quadruple champion olympique (deux fois sur 5000 m et deux fois sur 10'000 m) en lui reprochant un comportement «honteux» durant son séjour en Ethiopie: il estime que ces messages ressemblent à une tentative de chantage et qu'il avait également reçu plusieurs plaintes sur le comportement du Britannique et de son staff.

«Il (Mo Farah) a été signalé à la police pour avoir agressé quelqu'un dans la salle de sport (...) Mais grâce à mon intervention, les poursuites ont pu être abandonnées», assure-t-il dans un communiqué.

Haile Gebreselassie, qui accuse également le Britannique de ne pas avoir réglé toute la facture de son séjour (sur lequel il assure avoir offert un rabais de 50%), nie le fait que l'histoire du vol ait été prise à la légère, assurant que cinq employés de l'hôtel ont été gardés en détention pendant trois semaines.

«La police fait son travail minutieusement mais n'a rien trouvé sur l'affaire du vol», a-t-il ajouté.

De son côté, Farah ne semble pas effondré par ces pertes matérielles. Dans le cadre du marathon londonien, il a fait l'expérience - un peu brutale - d'un tapis roulant simulateur de course à pied. On ne peut pas être champion dans toutes les catégories...



(duf/afp)