Dopage en Russie

18 décembre 2015 17:48; Act: 18.12.2015 17:58 Print

Diack aurait couvert le dopage d'athlètes russes

Le Monde révèle que Lamine Diack aurait couvert le dopage d'athlètes russes en échange de 1,5 million d'euros.

Sur ce sujet
Une faute?

L'ancien patron mondial de l'athlétisme (IAAF) Lamine Diack, soupçonné d'avoir fermé les yeux sur des cas de dopage en Russie, a affirmé que Moscou avait financé la campagne présidentielle remportée par Macky Sall au Sénégal. Des sources proches du dossier ont confirmé une information du journal Le Monde.

En garde à vue à Paris début novembre, Lamine Diack a affirmé que la Russie, via le président sa fédération d'athlétisme Valentin Balakhnichev -qui était aussi trésorier de l'IAAF-, avait apporté une contribution de 1,5 million d'euros «distribuée à des associations et des sphères d'influence» pour aider la campagne présidentielle remportée par Macky Sall, tombeur d'Abdoulaye Wade, en mars 2012, a expliqué une source proche du dossier.

«Je vous ai dit qu'il fallait à cette période gagner la bataille de Dakar, c'est-à-dire renverser le pouvoir en place dans mon pays, le Sénégal (...) J'avais donc besoin de financements (...) M. Balakhnichev faisait partie de l'équipe Poutine et à ce moment il y avait ces problèmes de suspension des athlètes russes à quelques mois des championnats du monde en Russie. Nous nous sommes entendus, la Russie a financé», a-t-il dit, selon des extraits de procès-verbaux cités par Le Monde.

Aide financière

L'un de ses avocats a réfuté tout lien entre cette aide financière et l'attitude de son client face aux cas de dopage en Russie. «Lamine Diack conteste absolument qu'il y ait un lien entre ce financement en 2012 et le sort des athlètes russes», a déclaré Me Alexandre Varaut. «Ce que la Russie a pu faire pour le financement des élections au Sénégal n'est pas la contrepartie d'un avantage consenti aux athlètes ou à la fédération russe», a-t-il ajouté.

A ce stade de l'enquête, «cette piste (d'un financement russe) n'est avancée que par Diack», affirme une source proche du dossier. «Ni moi ni ma fédération n'avons été impliqués dans une telle discussion ou affaire avec M. Diack», a assuré au Monde Valentin Balakhnichev. «Ce type de business n'est pas de notre intérêt et pouvoir. Nous ne pouvons pas interférer dans les affaires intérieures du Sénégal».

Lamine Diack, son conseiller juridique Habib Cissé et un ancien médecin de l'IAAF ont été mis en examen début novembre pour corruption passive. Les enquêteurs pensent que l'ancien patron de l'athlétisme mondial a fermé les yeux sur une indulgence excessive de la fédération russe pour plusieurs de ses athlètes soupçonnés de dopage, dans la perspective notamment des mondiaux de Moscou en 2013.

(nxp/ats)