Basket - NBA

10 juin 2014 19:26; Act: 10.06.2014 19:35 Print

Donald Sterling veut conserver les Clippers

Suspendu à vie par la NBA pour racisme, le milliardaire veut tout faire pour conserver son équipe.

storybild

(Photo: Keystone/AP)

Sur ce sujet
Une faute?

Selon une lettre publiée lundi soir notamment par la chaîne de télévision ESPN, Sterling a «décidé de (se) battre pour protéger (ses) droits». Il est même prêt à poursuivre la NBA s'il le faut.

«Les sanctions prononcées par la NBA et (son patron) Adam Silver constitue une violation des mes droits et un défi aux libertés individuelles de tous les Américains», écrit Sterling dans ce courrier.

«Bien que cette position ne me rende pas populaire, mon droit au respect de ma vie privée et mes droits à une procédure régulière ne doivent pas être piétinés, c'est pourquoi je veux me battre pour conserver l'équipe», a conclu le milliardaire de 80 ans.

La décision de Sterling constitue un nouveau rebondissement dans cette affaire qui a éclaté en avril avec la diffusion d'une conversation entre le propriétaire des Clippers et son assistante dont il était amoureux, à qui il reproche «de s'afficher avec des noirs».

Une procédure illégale

La NBA a dans la foulée suspendu à vie Sterling, tout en lui infligeant une amende de 2,25 millions de francs et en recommandant la vente forcée des Clippers.

L'épouse de Sterling qui détient 50% des Clippers et a obtenu le contrôle de la fondation familiale en faisant déclarer son époux mentalement irresponsable, est parvenu fin mai à un accord avec l'ancien N.1 de Microsoft, Steve Ballmer, pour la vente de l'équipe pour deux milliards de dollars (2,13 milliards de francs).

Sterling avait initialement donné son accord et écarté toute procédure judiciaire contre la NBA à qui il menaçait de demander un milliard de dollars en dommages et intérêts.

Les avocats de l'homme d'affaires estiment que la procédure de la NBA est illégale car elle repose sur un document, l'enregistrement clandestin d'une conversation privée, irrécevable selon la loi californienne.

La NBA avait décidé d'abondonner la procédure de vente forcée après avoir trouvé un accord avec la famille Sterling, dans lequel celle-ci renonçait à toute poursuite et, en cas de procédure de Donald Sterling, s'engageait à dédommager la Ligue.

(afp)