Athlétisme

11 avril 2019 11:53; Act: 11.04.2019 16:11 Print

Dopage: la drôle de défense d'une athlète française

Clémence Calvin a justifié son contrôle antidopage manqué par une agression dont elle aurait été victime au Maroc.

Clémence Calvin a terminé sa conférence en pleurs.

Sur ce sujet
Une faute?

Que s'est-il réellement passé dans l'affaire Clémence Calvin? La Française, suspendue provisoirement pour un contrôle antidopage manqué, explique avoir subi une interpellation de police musclée alors qu'elle séjournait au Maroc. L'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) dément évidemment cette version sans dévoiler pour autant les détails du contrôle, sujets au secret de l'instruction.

Lors d'une conférence qu'elle a tenue mercredi, la marathonienne est revenue sur le récit de l'incident. «Ce que j'ai vécu, c'était tout sauf un contrôle, a-t-elle expliqué. C'était d'une grande violence, une incompréhension totale. Des gens sont arrivés en courant derrière moi, me saisissant le bras et disant: «Police française. Il est où Dahmani (ndlr : son compagnon)?» Je n'ai pas compris, j'ai senti la peur monter. On est ensuite allés dans la direction où il était.» Après avoir retrouvé son mari, l'athlète a souhaité lui donner son fils de 2 ans. «À ce moment-là, une des personnes m'a tapé le bras violemment. Mon petit est tombé sur le sol et s'est mis à pleurer.»

Clémence Calvin a terminé sa conférence en pleurs, expliquant qu'on cherchait à l'écraser. «Mais je reste droite et fière», a-t-elle clamé, annonçant par ailleurs qu'elle avait porté plainte au Maroc pour violences et menaces.

Une «explication alambiquée»

La version des faits telle que présentée par la marathonienne a été démentie dans la foulée par l'AFLD. Son secrétaire général Mathieu Teoran a qualifié les propos de l'athlète «d'allégations particulièrement graves, dénuées de tout fondement», précisant que «jamais un préleveur de l'AFLD n'use de la force».

Les deux camps (celui de la championne et celui des contrôleurs) se feront face dans les jours à venir. Mais la thèse de Clémence Calvin ne semble pas avoir franchement convaincu. «L'Équipe» a évoqué une «explication alambiquée» s'agissant des déclarations faites par la marathonienne, notant que son histoire tournait «au fantastique». Le journal «Libération» parle de «récit assez vague». L'émission «Tout le sport», diffusée sur France 3, a pour sa part remarqué que Clémence Calvin avait redouté un enlèvement «mais que malgré tout elle avait été au restaurant le soir même, en famille, normalement. Et qu'elle avait repris l'entraînement normalement aussi.» Le journaliste poursuit : «Quand on lui demande si tout cela est cohérent, il y a un peu de flottement dans l'air. C'est son avocat qui reprend la parole et change de sujet.» Chacun se fera son avis.

Résultats/Classements

(Sport-Center)