Voile

30 novembre 2015 19:01; Act: 03.12.2015 10:28 Print

Franck Cammas devra renoncer aux JO 2016

Le skipper français s'est grièvement blessé lors d'un entraînement, en Bretagne. Il souffre d'une double fracture tibia-péroné.

storybild

Cammas, 42 ans, possède l'un des plus beaux palmarès de la voile française. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Franck Cammas, victime d'une double fracture tibia-péroné lundi au cours d'un entraînement en Bretagne, va devoir renoncer aux JO 2016. Mais le skipper français de bientôt 43 ans conserve comme objectif la Coupe de l'America en 2017, à la tête du Groupama Team France.

«Je sors de sa chambre, l'intervention a duré environ quatre heures et s'est bien passée», a déclaré mardi matin Vincent Borde, responsable de la communication du défi français pour la 35e «Cup». «Les tendons et les nerfs ne sont pas touchés, comme on le craignait. Franck a une double fracture tibia-péroné à la jambe droite. Il va être indisponible le temps de la cicatrisation, puis de la rééducation, c'est-à-dire trois à quatre mois en bougeant le minimum. Mais nous n'avons pas de calendrier précis, on attend l'avis des médecins.»

Cammas, touche-à-tout de génie à l'aise et performant sur tout ce qui flotte en solitaire comme en équipage, a été élu à deux reprises marin de l'année (2012 et 2013). Il possède l'un des plus riches palmarès de la voile française : Solitaire du Figaro 1997, Route du Rhum 2010, Trophée Jules-Verne 2010, Volvo Ocean Race 2011-2012 et «Petite» Coupe de l'America 2013 et 2015.

«Ce qui est sûr, a poursuivi Borde, c'est que pour la préparation olympique (NDLR: en Nacra 17, un dériveur mixte à deux équipiers), c'est mort». La sélection aura lieu en février prochain, trop tôt pour que Cammas puisse défendre ses chances.

L'accident a eu lieu lors d'un entraînement à deux bateaux, des catamarans GC32 d'une dizaine de mètres de long au comportement assez proche des AC50 (15 m) qui seront utilisés pour la Coupe de l'America. Les catamarans à foils sont des machines hyper rapides mais aux mouvements très violents.

«Lors d'une manoeuvre sur une procédure de départ, à un moment où on accélère assez fortement, Franck est passé par-dessus bord pour une raison qu'on ne connaît pas et, malheureusement, son pied a été frappé par le safran (NDLR: partie immergée du gouvernail qui se trouvait hors de l'eau à ce moment-là), a expliqué Borde. Avec la vitesse, ça fait un choc assez violent. Son pied a été abîmé.»

(nxp/ats)