Basketball

16 novembre 2019 21:17; Act: 16.11.2019 21:48 Print

Fribourg Olympic s'impose en champion

par Sport-Center - S'il a eu chaud sur la fin, Olympic a dicté sa loi sur le parquet des Lions de Genève. S'il n'a jamais abdiqué, son dauphin n'a toujours rien d'un requin.

storybild

Le fribourgeois Mbala (à g.) passe malgré le Genevois Maruotto. (Photo: Keystone)

Une faute?

Même décimé, le champion reste invincible dans notre pays! Reste que Fribourg Olympic, qui menait de quinze longueurs à la 24e, aura souffert jusqu'au bout pour remporter son septième succès d'affilée. Dans un Pommier bien garni, ce choc au sommet aura surtout tenu ses promesses en fin de partie par son intensité. Les joueurs du Grand-Saconnex ont même eu une balle de match à quinze secondes de la fin, mais Derrick Colter a perdu un ballon trop bouillant, pour le plus grand plaisir de Tommy Derksen qui lui n'a pas raté la cible...

Les Fribourgeois, qui disputaient leur troisième match en une semaine, qui étaient revenus bredouilles d'Istanbul mercredi, ont prouvé qu'ils disposaient suffisamment d'atouts convaincants dans leur jeu pour prendre finalement la mesure des Lions de Genève (73-76). Leur ambitieux dauphin, qui n'a toujours rien d'un requin, a perdu cette rencontre lors du deuxième et du troisième quart, où ils ont commis trop d'erreurs pour contrarier la meilleure formation helvétique.

Comme un boxeur groggy

A l'exception des trois premières minutes de la partie (10-5), les Genevois n'ont jamais retrouvé cette adresse qui leur avait déjà fait défaut la semaine dernière à Monthey. Il n'est jamais évident de se relever après avoir été mis KO et comme un boxeur groggy, envoyé dans les cordes, compté, les joueurs d'Adnan Chuk semblaient incapables de rebondir. Que de tirs manqués, de lancers-francs à côté, de ballons perdus et d'approximations à tous les niveaux. Dominés de surcroît aux rebonds, les hommes du Grand-Saconnex ne possédaient pas d'arguments nécessaires pour faire plier cet Européen tout simplement plus fort, à commencer par sa défense toujours aussi impressionnante. Après avoir pris l'avantage à la la 8e (13-16), le visiteur a longtemps effectué un cavalier seul (28-43, 24e). Mais si les Lions étaient en manque de réussite, ils n'ont jamais lâché pour grignoter petit à petit leur retard. Et même reprendre les devants à 74 secondes du terme, grâce à un tir primé de Mikael Maruotto (71-70). Les hommes d'Aleksic, qui avaient éprouvé le besoin de souffler, se sont mis à leur tour à fléchir physiquement. Au niveau du suspense, Steven Spielberg n'aurait pas fait mieux.

Or, même privés de Babacar Touré, de Murphy Burnatowski, d'Axel Louissaint et de Paul Gravet, le coach d'Olympic, qui a eu très chaud, a pu compter sur un Timothy Derksen une fois encore remarquable et un groupe solidaire qui a fini par s'imposer en champion.

Christian Maillard, Grand-Saconnex

LIONS DE GENEVE - FRIBOURG OLYMPIC 73-76 (26-35)

Collège du Pommier. 1850 spectateurs. Arbitres: MM. Clivaz, Herbert et Pillet.

Quarts temps: 13-19; 13-16; 16-16; 31-25.

Lions de Genève: Addison 15, Colter 14, Cotture 5, Dubas 13, Humphrey 21; Maruotto 3, Hart, Bavcevic 2, Zinn.

Fribourg Olympic: Mbala 3, Pollard 12, Derksen 24, James 13, Jurkovitz 4; Garrett 13, Jaunin 2, Lehmann 5.

Notes: Lions de Genève sans Sehic (raisons familiales) ni Tshimini (blessé). Fribourg Olympic sans Gravet, Louissaint, Burnatowski ni Touré (blessés).

Résultats/Classements

(nxp)