Auto-moto

09 janvier 2019 21:54; Act: 10.01.2019 21:55 Print

Hécatombe sur la route d'Arequipa

par Jean-Claude Schertenleib - La troisième étape du Dakar a été fatale pour de nombreux favoris.

storybild

Carlos Sainz a dû faire réparer sa Mini.

Sur ce sujet
Une faute?

La troisième étape du rallye Dakar 2019, entre San Juan de Marcona et Arequipa (Pérou), a été sévère pour plusieurs favoris.

Sur quatre roues, Carlos Sainz (Mini) a été le premier à perdre beaucoup de temps (une roue arrachée au km 38), avant que le leader du classement général, Giniel De Villiers (Toyota) ne tombe en panne au km 172.

Carlos Sainz et son copilote, Lucas Cruz, tentent de réparer.

Sébastien Loeb (Peugeot), lauréat la veille, a perdu 43 minutes sur le grand vainqueur du jour, Monsieur Dakar, Stéphane Peterhansel (Mini), qui remporte cette spéciale et se replace à la troisième place du classement général, à nouveau mené par le Qatari Nasser Al Attiyah (Toyota).

Barreda pris dans un trou

Sur deux roues, abandon du leader du classement général, l'Espagnol Joan Barreda (Honda): «Le début de spéciale a été excellent, je dépassais tout le monde lorsque, dans le brouillard, je me suis embarqué dans une mauvaise descente, très glissante. Impossible, ensuite, de ressortir du trou dans lequel je me suis retrouvé prisonnier.» La victoire est revenue au Français Xavier De Soultrait (premier succès Yamaha du millésime 2019), alors que le Chilien Pablo Quintanilla (Husqvarna) prend la tête des opérations.

Pénalisé la veille, Vauthier brille

Les Suisses? Rémy Vauthier savait, dès la veille, qu'il serait pénalisé pour n'être pas parvenu à crocher un point GPS, 50 kilomètres avant l'arrivée. Pointé en 25e position mardi soir, l'architecte genevois a écopé de plus de 2 heures de pénalisation: «Nous avons fait plusieurs allers-retours, sans succès. On a perdu passablement de temps, sans parler de la punition», expliquait Rémy Vauthier. Lors de l'étape du jour, le buggy jaune a figuré en permanence dans le top 20 et il signe un formidable 19e chrono.

Quant aux deux motards romands, ils perdent plus de deux heures: Nicolas Brabeck-Letmathe avec le 83e chrono du jour: «J'ai perdu une vingtaine de minutes à chercher un point GPS... notamment avec Sébastien Loeb», souffle le Vaudois, avant d'attaquer une liaison de plus de 450 km. Hugo Lopes n'entre pas dans le top 100. Et ce n'est pas fini: jeudi, c'est le premier acte de l'étape-marathon (pas d'assistance) entre Arequipa et Tacna, avec 405 km de spéciale.

Résultats/Classements

(nxp)