Unihockey

06 décembre 2019 14:51; Act: 06.12.2019 14:51 Print

La Nati sera chez elle en Romandie aussi

par Oliver Dufour - Le Mondial féminin démarre samedi à Neuchâtel. L’organisation locale veut se démarquer en tant qu’hôte.

storybild

Les Suissesses ont hâte de vibrer avec le public romand. (IIF WFC) (Photo: Fabian Trees)

Sur ce sujet
Une faute?

Les meilleures formations féminines d’unihockey en découdront dès samedi et jusqu’au dimanche 15 décembre à la patinoire du Littoral et à la Riveraine, à Neuchâtel. L’équipe de Suisse espère frapper un grand coup en décrochant à domicile le deuxième titre de championne du monde de son histoire, après celui cueilli en 2005.

A domicile, vraiment? Car si l’unihockey, qui se joue à pied et en salle, s’est taillé une place de choix dans le paysage sportif d’outre-Sarine, il reste plus discret en Suisse romande, malgré son développement croissant. Les joueuses de la Nati sont d’ailleurs toutes alémaniques. «Nous allons tout faire pour qu’elles se sentent à la maison, promet Cédric Jaccoud, président du comité d’organisation. C’était une thématique claire dès le départ. Nous ne voulions pas que les Suissesses aient l’impression de disputer «leur» compétition à l’étranger.»

A pied d’œuvre cette semaine pour la préparation concrète et physique de l’événement, «après environ deux ans de séances de planification», Cédric Jaccoud, qui a lancé le projet via son club de Corcelles-Cormondrèche, estime que sa région a fait ses preuves pour mériter l’accueil de l’élite. «En 2017, nous avions organisé à Neuchâtel l’U15 Trophy, tournoi des sélections régionales juniors et l’an dernier, des matches internationaux féminins de l’Euro Floorball Tour à la Riveraine. Nous avons beaucoup appris de ces expériences et nous sommes prêts.» L’organisateur rappelle aussi la volonté de la Fédération, Swiss Unihockey, de séduire un plus large public en terres romandes. «Ils ont vu notre détermination, mais aussi le grand sens de l’accueil de la région et un cadre exceptionnel au bord du lac. L’entente est excellente.»

Pour l’heure, environ 12'000 billets ont été vendus pour ce Mondial, sur les 35'000 visés par l’organisation. «Mais lors de précédentes éditions en Finlande ou en Slovaquie, 60 à 70% des sésames s’étaient vendus à la caisse. Nous avons bon espoir que ça se reproduise.»