Voile

20 juin 2011 10:29; Act: 20.06.2011 11:05 Print

Le Vaudois Yvan Ravussin explose un record

Le Vaudois Yvan Ravussin (46 ans) a pulvérisé un record à la voile à bord du plus grand voilier de course océanique du monde: «Banque Populaire V».

storybild

Yvan Ravussin officiait comme «Chef de Quart» à bord de ce géant des mers.

Une faute?

Le plus grand voilier de course océanique du monde, «Banque Populaire V» a explosé le temps du Record SNSM (Saint-Nazaire et Sainte-Marine). Il inscrit à ses tablettes un chrono canon qui donne toute la mesure de son potentiel et de ses performances vertigineuses.

Loïck Peyron et ses douze hommes d'équipage dont le Vaudois d'Echandens Yvan Ravussin ont coupé la ligne d’arrivée à 6h48'30'', ce lundi matin, après 11h48'30'' d'une folle cavalcade le long des côtes bretonnes.

Un temps de référence battu de près de 8h

Dans des conditions de brise et par vent de travers (sud-ouest de 18-20 nœuds), ils pulvérisent le record absolu jusque-là détenu par «Gitana 11» (19h39'58'' en 2010) sur le parcours à deux boucles entre Saint-Nazaire et Sainte-Marine long de 360 milles. Avec une vitesse moyenne de 30,51 nœuds (56,5 km/h) et des pointes à plus de 40 nœuds (près de 75km/h!), le géant des océans a affolé les compteurs et avalé les milles avec l'appétit d'un ogre.

Pour sa première confrontation en flotte sur une course et sa première sortie officielle sous la houlette de Loïck Peyron, le maxi-multicoque de 40 mètres frappe un premier grand coup dans la perspective de sa quête ultime du Trophée Jules Verne. L'équipage, composé des plus fines lames de la course au large, rend aussi, à travers cette performance sportive, un formidable hommage à tous les sauveteurs en mer bénévoles.

«Un machine à records incroyable»

«Ce bateau est une machine à records incroyable, un magnifique navire à bord duquel on a une sensation de protection totale. Nous avons vécu un bien joli Record SNSM, de pleine nuit. On n’a rien vu ou presque: c’était gris et trempé», a commenté Loïck Peyron.

«Il y a eu d’abord un départ un peu compliqué au milieu d’une flotte nombreuse. Avec une si grosse machine, sans moteur, on se sent un peu limite. On est donc parti extrêmement prudemment : c’était la consigne. Il nous fallait accepter de partir de derrière, c’était d’ailleurs le meilleur moyen finir devant. Et ensuite à l’attaque avec un équipage exceptionnel! On s’est beaucoup relayé au cours de cette nuit sans visibilité: toutes les heures, parfois même un peu moins, à la barre. Ce sprint côtier, au cours duquel on a croisé et rattrapé plusieurs fois la flottille du Record, exigeait une concentration extrême!» poursuit le Français.

Portrait d'Yvan Ravussin

(source: www.voile.banquepopulaire.fr)

«Gitana 11 »deuxième

La deuxième place de cette course est revenue à «Gitana 11». Le maxi armé par le baron Benjamin de Rothschild, certes dépossédé du record absolu par la fusée Banque Populaire V, n'en a pas amélioré son propre temps de référence établi l'an passé. A 9h18'45' sur la ligne, à 2h30 derrière l'équipe de Loïck Peyron, Sébastien Josse et les siens, qui concèdent quelque 16 mètres de long face au plus grand voilier de course au large, décrochent la 2e place au scratch sur cette 7e édition du record SNSM.

Ils signent à leur tour une très jolie coudre contre la montre. La moyenne affichée au compteur de «Gitana 11» est là pour en témoigner: 25 noeuds, contre 18 l'année dernière, même si devant, il y avait un extraterrestre...

(Comm)