Jeux olympiques

30 avril 2019 18:39; Act: 30.04.2019 18:39 Print

Le porte-drapeau tongien vise un 3e sport olympique

Après le taekwondo à Rio en 2016, puis le ski de fond à Pyeongchang en 2018, l'emblématique Pita Taufatofua rêve d'une nouvelle aventure à Tokyo en 2020.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Pita Taufatofua (35 ans) deviendra-t-il le premier athlète de l'histoire à disputer les Jeux olympiques dans trois sports différents? Le colosse des Tonga avait déjà participé en 2016 à l'épreuve olympique de taekwondo à Rio, avant de revenir moins de deux ans plus tard en ski de fond à Pyeongchang, après avoir découvert la neige seulement quatre mois plus tôt.

Dans le tournoi de taekwondo, Taufatofua avait vécu une élimination d'entrée au premier tour, face à l'Iranien Sajjad Mardani. Sur la neige sud-coréenne en 2018, il avait pris la 154e place sur 156 lors du 15km libre remporté par Dario Cologna. Le néophyte avait concédé seulement 25 minutes au champion grison. Pas mal pour une première.

Mais c'est lors des cérémonies d'ouvertures de ces deux rendez-vous géants que le Tongien avait véritablement fait sensation. Vêtu simplement d'un pagne traditionnel, le corps entier enduit d'huile, il avait fièrement porté le drapeau de son pays en exposant au monde entier sa plastique parfaite. Le fait de répéter ce rituel par des températures sibériennes à Pyeongchang ne l'avait d'ailleurs pas le moins du monde effrayé.

«Ce sport coule dans nos veines»

Désormais, Taufatofua a dans le viseur les Jeux d'été de Tokyo, qui se dérouleront dans un peu plus d'un an. Et quel sport fait l'objet de son choix cette fois-ci? Le kayak, bien sûr! L'athlète espère disputer le sprint dans les courses en ligne. «C'est un sport de puissance, qui requiert de la force brute», a admis Pita Taufatofua au journal britannique «The Guardian». «Je veux aussi essayer de me qualifier à nouveau en kayak, mais je ne sais pas si on a le droit de faire deux disciplines», rigole le polyvalent sportif, qui a peut-être déjà oublié les exploits coréens de la Tchèque Esther Ledecka, championne olympique en ski alpin et en snowboard.

Malgré les difficultés qu'il rencontre pour maintenir la stabilité de son embarcation, lui qui s'entraîne sur la rivière de Brisbane, en Australie, le Tongien rappelle les liens de son peuple insulaire avec le kayak. «C'est un sport qui coule dans nos veines. Nous avons une forte connexion avec l'océan. Mille ans avant les explorateurs Cook et Tasman, nos ancêtres étaient arrivé sur ces îles sur de simples pirogues.» Pour qualifier son pays pour les Jeux en kayak, Taufatofua devra toutefois faire mieux que l'Australie, la Nouvelle-Zélande et les autres nations océaniennes, puisqu'une seule place sera attribuée à cette région. Le pari n'est pas encore gagné.

Résultats/Classements

(Sport-Center)