Athlétisme

19 décembre 2011 17:22; Act: 19.12.2011 18:22 Print

Le record suisse du 4x 100m invalidé

Le record national du relais suisse masculin établi en septembre dernier au meeting de Zurich (38''62) a été invalidé par la Fédération internationale.

storybild

L'équipe du relais 4x100m avait battu le record national à Zurich le 8 septembre. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le relayeur fribourgeois Pascal Mancini n'était pas en possession d'une autorisation en bonne et due forme pour l'utilisation du médicament Ritaline, révélé au contrôle antidopage.

Mancini écope d'un avertissement. La Fédération internationale ne parle pas de dopage mais de «vice de forme administratif». Mancini, suivi par un médecin pour des troubles de l'attention et une hyperactivité, est au bénéfice d'une autorisation à usage thérapeutique (AUT) délivrée par Antidoping Suisse. Mais il lui aurait fallu en plus, pour le Weltklasse, une autorisation de l'IAAF.

Mancini assure qu'il ne le savait pas. Il a entrepris entre-temps des démarches pour se mettre en règle avec la Fédération internationale mais quoi qu'il en soit, le record du 4 x 100 m est rayé des listes et remplacé par l'ancienne marque de 38''69 (en 2010). Cela constitue une «tuile» pour le relais dans la perspective d'une sélection pour les JO de Londres. Le 4 x 100 m avait fait une bonne partie du chemin pour la qualification. Tout est à refaire désormais.

«Perplexe»

Dans un communiqué, Mancini relève qu'il avait été contrôlé plusieurs fois déjà avant Zurich et qu'il n'y avait jamais eu de problème. «Aux Championnats d'Europe M23 en juillet à Ostrava, l'IAAF m'avait déjà demandé mon AUT, et le formulaire délivré par Antidoping Suisse s'était alors avéré suffisant», explique-t-il. «Ce n'est qu'en septembre, suite à ce dernier contrôle volontaire (à Zurich) consécutif au record de Suisse, que j'ai appris qu'il manquait un formulaire à mes autorisations.»

L'athlète du Stade Genève reconnaît «avoir commis une erreur et en assume les conséquences.» Il se dit cependant «perplexe» face à complexité de la procédure administrative. Il présente ses excuses à ses coéquipiers du relais (Reto Amaru Schenkel, Marc Schneeberger et Alex Wilson) et rappelle son engagement contre le dopage.

Entraîneur de Mancini et figure importante à Swiss-Athletics, Laurent Meuwly ne doute pas de la bonne foi de son protégé. «Pascal oublie facilement les choses et est vite dispersé. Ma plus grande victoire avec lui cette saison n'est pas liée à l'athlétisme mais est d'avoir pu l'aider à obtenir sa maturité, sachant que les troubles dont il souffre perturbent sa scolarité.» Mancini suit un traitement à la Ritaline depuis janvier dernier. Ce médicament, qui favorise la concentration et peut donc être utile aux sprinters, est interdit en compétition à moins que l'athlète bénéficie d'une AUT, à l'image des sprays contre l'asthme.

Laurent Meuwly admet que cette affaire est «très embêtante». Pour faire partie des seize meilleures nations mondiales admises aux JO, le relais suisse devra afficher une moyenne pour ses deux meilleurs temps (sur 2011 et 2012) estimée à environ 38''80. Pour l'instant, avec l'invalidation du record, il ne reste guère qu'un chrono valable (38''98 à La Chaux-de-Fonds l'été dernier).

Swiss-Athletics compte sur les meetings de Rome, La Chaux-de-Fonds, Genève et sur les Européens à Helsinki pour rattraper le coup la saison prochaine. Le collectif du relais se dit en tout cas très motivé.

(ats)