03 janvier 2008 22:30; Act: 03.01.2008 21:08 Print

Le saut à skis romand veut un tremplin pour la relève

Un projet de tremplin est dans l’air, cinq ans après la destruction de celui de la Chirurgienne à Vallée de Joux.

Une faute?

A la Vallée de Joux, ce n’est plus un secret: depuis plusieurs mois, un groupe de travail planche sur un nouveau tremplin pour le saut à skis. Cinq ans et demi après la destruction du célèbre tremplin de la Chirurgienne, la discipline se mobilise pour s’assurer un avenir. «Ce n’est pas une rumeur», confirme l’ex-sauteur Sylvain Freiholz. Entraîneur au Ski-Club du Brassus, ce dernier précise qu’il ne s’agit que des premières phases du projet: «Nous en sommes à rassembler des chiffres.

L’objectif est d’avoir du concret au printemps.» Estimé entre 2 et 3 millions, ce tremplin de 70 m avant tout destiné aux entraînements serait financé par des fonds privés. «Ce n’est pas de rassembler cette somme qui nous paraît le plus compliqué, mais plutôt de trouver le financement pour l’exploitation du site, qui oscillerait entre 200 000 et 300 000 fr. par an», détaille Sylvain Freiholz. Et, là, c’est une subvention de la collectivité qu’il faudrait décrocher. «Cela peut sembler beaucoup d’argent pour 25 sauteurs. Pourtant, si cela n’aboutit pas, le saut à skis romand peut craindre pour son avenir.» Mais le projet dispose de bons relais, à l’image de l’organe Ski-Romand, qui «mettra toutes ses compétences à disposition», assure sa présidente, Florence Koehn.

Julian Pidoux