Hippisme

09 décembre 2017 21:04; Act: 09.12.2017 21:14 Print

Les Français ont encore mis le feu au cross

par Oliver Dufour, Genève - Pour la 4e édition de cette épreuve qui se court le plus souvent en extérieur, Karim Florent Laghouag a entretenu la domination tricolore au CHI de Genève.

Karim Florent Laghouag à l'interview après sa victoire.
Sur ce sujet
Une faute?

Quatre victoires françaises en quatre éditions. Les cavaliers de cross de l’Hexagone sont dans leur jardin à Palexpo. Après le succès d’Eddy Sans pour la grande première en 2014 et le doublé 2015-2016 de Sidney Dufresne, c’est encore un Tricolore, Karim Florent Laghouag (42 ans), qui a réalisé le meilleur parcours samedi soir dans la version indoor de cet exigeant exercice, qui fait généralement partie du concours complet, une épreuve olympique réunissant dressage, cross et saut. Sur Punch de l'Esques, le natif de Roubaix a devancé l’Allemand Michael Jung (Corazon), géant du concours complet avec trois titres olympiques, victoires aux Mondiaux et deux aux Européens, ainsi que son compatriote et double tenant du trophée genevois, Sidney Dufresne (Looping de Buissy). Un autre Français, Rodolphe Sherer, a terminé à «la plus mauvaise place», la 4e.

Sherer avait donné le ton de la soirée en priant les organisateurs de pouvoir s’élancer sur le tube de feu Johnny Hallyday «Allumer le feu», alors que généralement les passages des concurrents se déroulent sans musique. Le Nantais a bien entendu été exaucé, s’élançant le premier sur les notes de la célèbre chanson du rocker. Il a même établi le premier temps de référence, jusqu’à ce que Laghouag, champion olympique par équipe en concours complet à Rio en 2016, puis Jung et Dufresne le détrônent.

A moins de deux secondes du temps imparti

La spécificité du cross réside dans le fait que les concurrents doivent s’approcher le plus possible d’un temps dit idéal – fixé samedi soir à 153 secondes – en commettant le moins possible de fautes. Chaque seconde de plus ou de moins que le temps idéal équivaut à un point de pénalité. Sanctions auxquelles on ajoute aussi les éventuels refus d’obstacles ou dérobades des montures, qui coûtent très cher en points. A ce jeu-là, Laghouag s’est montré le plus solide, bouclant son long parcours sur la double piste genevoise (le parcours du cross utilise également celle d’entraînement, jouxtant l’arène principale) en 151.39, soit moins de deux secondes plus vite que les 153 secondes imparties. Il a pour cela écopé de deux points de pénalité, contre 5 à Jung et 9 à Dufresne. Retrouvez la réaction du vainqueur dans la vidéo ci-dessus.