Hippisme

15 décembre 2019 17:06; Act: 16.12.2019 07:21 Print

Martin Fuchs réalise son rêve à Genève

par Oliver Dufour, Genève - Le Grand Prix final du CHI de Genève a consacré dimanche le jeune cavalier zurichois, No 2 mondial, vainqueur pour seulement 5 centièmes de seconde.

storybild

Martin Fuchs et «Clooney 51» ont été très vite à Genève. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Un match à trois entre la Suisse, la Belgique et l'Irlande, arbitré par un Écossais et un Brésilien. Voilà le haletant barrage décisif auquel a eu droit dimanche le public de Palexpo.

Onze cavaliers, issus de ces cinq nations, ont en effet été les seuls à réussir un premier passage sans faute sur la piste de Palexpo, à l'occasion du Grand Prix estampillé Grand Chelem de saut d'obstacles. Pays le plus représenté avec sept concurrents au départ, la Suisse a placé dans l'ordre Bryan Balsiger (Clouzot de Lassus), Martin Fuchs (Clooney 51) et Steve Guerdat (Bianca) dans ce barrage. Les Belges Jérôme Guéry (Quel Homme de Hus), Pieter Devos (Espoir) et Jos Verlooy (Igor), les Irlandais Michael Pender (Burnchurch), Mark McAuley (Vivaldi du Theil) et Darragh Kenny (Balou de Reventon), l'Ecossais Scott Brash (Hello Senator) et le Brésilien Marlon Modolo Zanotelli (Edgar M) ont complété la liste.

Pleine vitesse

A ce petit jeu où la vitesse pèse encore plus lourd, c'est Martin Fuchs, 27 ans, qui a tiré son épingle du jeu. Le No 2 mondial a filé à pleine vitesse avec son hongre gris pour devancer de seulement 5 centièmes de secondes Scott Brash, seul homme à avoir réalisé le Grand Chelem dans sa carrière. Fuchs avait clairement annoncé la couleur la semaine dernière. Lui qui n'avait jamais intégré le top 5 dans l'épreuve reine à Palexpo avait clamé haut et fort vouloir gagner avec un Clooney très en forme. Il n'a pas déçu, livrant la marchandise avec son habituel calme désarmant. «C'est le couronnement d'une année incroyable, a souri le vainqueur. C'est tellement cool de gagner ici dans le meilleur concours en indoor.»

Jérôme Guéry a complété le podium. Steve Guerdat, qui préparait depuis longtemps son épreuve favorite avec sa jument Bianca, a terminé à la 5e place avec un passage très propre mais pas suffisamment rapide pour déloger son ami et coéquipier. Le Jurassien, No 1 mondial, n'a compté que 1''06 de retard dans ce barrage des plus serrés et spectaculaires. Brillant avec deux passages consécutifs sans faute sur des parcours d'un tel niveau, du haut de ses 22 ans, Bryan Balsiger a sans doute marqué de très gros points dans la course à la troisième et dernière place (derrière Guerdat et Fuchs) dans l'équipe de Suisse qui se rendra aux prochains JO à Tokyo. Le Neuchâtelois, vainqueur de la dernière épreuve de Coupe du monde d'Oslo a montré qu'il pouvait avoir des nerfs très solides en terminant 6e.

Un point de trop pour Mändli

Comme souvent, le redoutable parcours dessiné par le Jurassien Gérard Lachat a fait des dégâts parmi les viennent-ensuite. Nombreux sont les cavaliers à avoir croché sur un ou plusieurs obstacles. Seuls 13 des 40 ont limité les dégâts en ne commettant qu'une seule faute.

Dans le camp suisse, outre l'excellente tenue des leaders, on a globalement fait de quoi ravir le chef d'équipe Andy Kistler, qui a officialisé la veille son départ après les Jeux olympiques et son remplacement par le Vaudois Michel Sorg. Le cavalier zurichois Beat Mändli (12e) a réussi le parcours sans faute, mais a manqué le barrage pour un point de dépassement de temps, tout comme la Française Pénélope Leprévost, finalement seule femme parmi les 40 concurrents. L'Argovien Elian Baumann (14e) n'a commis qu'une erreur sur la palanque en bout de triple saut, alors que le Soleurois Pius Schwizer (32e) en a comptabilisé deux, dont la dernière partie de ce 9e obstacle, qui a causé le malheur de pas moins de 7 cavaliers en première moitié d'épreuve. Le Lucernois Werner Muff, pour sa part, a connu une fin de parcours affreuse, encaissant 13 points de pénalité.

Oliver Dufour, Genève

Résultats/Classements