Basket - NBA

11 janvier 2019 08:09; Act: 11.01.2019 08:19 Print

On a eu droit au plus beau match de la saison

San Antonio a terrassé Oklahoma City 154 à 147 au terme d'une rencontre au scénario haletant.

storybild

LaMarcus Aldrige (à g.) a été le grand bonhomme de la soirée. (Photo: AFP)

Une faute?

Plus de trois heures après le coup d'envoi et après 49 minutes passées sur le terrain à batailler face à Russell Westbrook et Paul George, LaMarcus Aldrige a piqué un dernier sprint. Une fois la victoire acquise, après deux prolongations, l'imposant pivot des Spurs, 56 points au compteur, s'est précipité vers l'arbitre principal pour récupérer le ballon du match.

Cette soirée du 10 janvier fera en effet date dans sa carrière: il a dépassé de onze unités son précédent record personnel de points (45 en mars 2018) et il est devenu seulement le septième joueur dans l'histoire de la franchise texane à atteindre le chiffre magique des 50 points. Il est aussi le premier joueur des Spurs à finir un match avec au moins 50 points depuis plus de dix ans (2008) et son ancien coéquipier français Tony Parker qui fera justement son retour à l'AT&T Center lundi sous le maillot de Charlotte.

84,2% de réussite à 3 points

Ce n'est pas pour autant que «LMA» va fanfaronner et sortir de sa réserve naturelle: «Je me suis vite senti en confiance et j'ai toujours essayé d'attaquer le panier», a-t-il simplement commenté. Son équipe a débuté par un incroyable sans-faute à trois points, avec ses 14 premiers tirs primés tentés réussis, du jamais-vu en vingt ans en NBA.

Il a fallu attendre la septième minute du 3e quart-temps pour qu'un joueur de San Antonio, Derrick White, rate son premier tir à trois points. Les Spurs, portés aussi par Marco Belinelli (19 pts, dont trois paniers à trois points en une minute), ont fini la rencontre avec 84,2% de réussite derrière l'arc (16 sur 19). Ils ont également offert à leur emblématique coach Gregg Popovich sa 1222e victoire, ce qui le place au 3e rang du classement des meilleurs entraîneurs de l'histoire, derrière Don Nelson (1335) et Lenny Wilkens (1332).

24 passes pour Westbrook

OKC, un temps au bord du KO, a pourtant bien failli dépasser sur le fil San Antonio qui a pourtant compté jusqu'à 16 points d'avance. Le Thunder est revenu dans la rencontre grâce à Paul George (30 pts) et à Russell Westbrook. Le MVP de la saison 2016-17 s'est offert un «triple double» (trois catégories de statistiques à dix unités et plus) XXL avec 24 points, 13 rebonds et 24 passes décisives! Mais Aldridge a remis San Antonio sur les rails dans le 4e quart-temps avec 12 points, et en prolongation, tandis que Westbrook se contentait d'un petit point dans le final.

Grâce à cette 14e victoire sur ses 18 derniers matchs et à ce septième succès consécutif à domicile, San Antonio, mal parti en octobre et novembre, est 6e de la conférence Ouest (25 v-18 d), plus très loin du podium et d'OKC (3e, 25 v-16 d). Denver reste le leader à l'Ouest après avoir écrasé les Los Angeles Clippers 121 à 100 et signé sa 28e victoire en 40 matchs grâce à un «triple double» de Nikola Jokic (18 pts, 14 rbds, 10 passes décisives).

Enfin, Boston est tombé de haut à Miami (115-99): les Celtics ont subi la loi de Dwyane Wade qui mettra un terme à sa carrière en fin de saison et qui a marqué 19 points. Les Celtics venaient pourtant de remporter leurs quatre précédents matchs, mais ils restent à la 5e place de la conférence Est (25 v-16 d), loin de Milwaukee (1er, 29 v-11 d) et Toronto (2e, 31 v-12 d).

Résultats/Classements

(nxp/afp)