Volley Masters

30 mai 2013 19:49; Act: 30.05.2013 23:06 Print

On attend toujours la claque annoncée

par Oliver Dufour, Montreux - Le contact avec l’élite, au Montreux Volley Masters, permet à la Suisse de grandir. Jeudi, la Nati a encore déjoué les pronostics.

Sur ce sujet
Une faute?

Les Suissesses avaient étonné deux jours plus tôt face aux Brésiliennes, malgré une défaite attendue. Hier, au Pierrier, les protégées de la Serbe Svetlana Ilic ont aussi tenu la dragée haute aux Chinoises. Avec un peu plus de maîtrise, elles auraient même pu ravir le premier set à la 5e formation mondiale, avant que la logique ne soit finalement respectée. En deux sorties devant leur public, les Suissesses ont affiché un culot sur lequel peu de monde aurait parié avant le début de la compétition. «Ici, nous n’avons rien à perdre, a offert l’ailière Inès Granvorka en guise d’explication. Ça nous permet de jouer librement.»

A moins de cent jours du Championnat d’Europe, réparti entre l’Allemagne et Zurich où la formation helvétique jouera ses trois matches de poule (du 6 au 8 septembre), la détermination du groupe a marqué les esprits. Par leur légère déception au terme de la partie, hier, Granvorka et ses acolytes ont prouvé que leur mentalité avait évolué. «Notre match n’a pas été mauvais, mais nous n’avons pas vraiment réussi à nous mettre dedans, a regretté la Vaudoise. Nous leur avons ouvert la ­porte et elles en ont profité, malgré leur manque d’expérience (ndlr: la moyenne d’âge de l’équipe chinoise est de 18 ans et demi!).» A l’Euro, les Suissesses auront beaucoup de peine à franchir le premier tour, mais elles comptent bien bousculer la hiérarchie. «Le but serait d’arriver à gagner au moins un match», annonce Inès Granvorka. A condition de parvenir à se libérer, bien entendu.

(ats)