Fausses notes

13 août 2015 14:40; Act: 13.08.2015 14:47 Print

Quand chanter les hymnes nationaux tourne au couac

Les basketteurs français ont dû chanter la marseillaise a capella mercredi soir, à cause d'un problème technique. Ce n'est pas la première fois que la mécanique s'enraye au moment des hymnes.

Une faute?

Le match amical des basketteurs français, mercredi soir contre la Serbie, a débuté par un épisode insolite, au moment des hymnes. Après avoir craché les premières notes de la Marseillaise, la sono a marqué des signes de faiblesses. A la deuxième tentative, rebelotte, l'hymne est interrompu. Pas de quoi déstabiliser les joueurs, qui ont entonné le chant a capella (voir la vidéo ci-dessus).

Ce n'est pas la première fois que les hymnes sont perturbés lors de compétitions sportives. Le cycliste Alberto Contador a connu cette mésaventure par deux fois. Sa victoire sur le Tour de France 2009 avait été célébrée par... l'hymne danois. Puis en 2011, après son triomphe lors du Giro (plus tard retiré suite à une affaire de dopage), il avait eu droit à un hymne franquiste. A chaque fois, le Pistolero est resté impassible.

En 2003, un événement similaire avait provoqué une minicrise entre l'Australie et l'Espagne. Un chanteur australien avait interprété «Himno de Riego», l'hymne espagnol joué entre 1820 et 1974 (monarchie constitutionnelle, puis première République). L'Espagne avait exigé des excuses après cet incident.

Plus drôle, en septembre dernier, lors d'un match amical contre la Slovaquie, les footballeurs maltais avaient eu l'énorme surprise d'entendre les premières notes de «Numb», une chanson du groupe Linkin Park.

Lors d'une rencontre de volley-ball entre la Belgique et les Pays-Bas, la chanteuse Helena Fontyn avait l'honneur d'interpréter l'hymne des Diables rouges. Mais elle a eu un trou de mémoire au milieu de la chanson, et a dû improviser. Un grand moment de solitude...

Les organisateurs du championnat du monde de tir, au Koweït en 2012, ont fait très fort. Au moment de la victoire de la Kazakhe Maria Dmitrienko, ils ont diffusé la musique du film «Borat», une comédie qui dépeint le Kazakhstan de manière peu flatteuse. Une lecture des paroles aurait dû faire réagir les organisateurs... L'athlète n'a pas bronché mais semblait tout de même agacée.

Les Allemandes Anne Knorr et Debora Niche ont aussi eu droit à une surprise de mauvais goût, après leur victoire sur l'épreuve biplace des championnats du monde de canoë, en Hongrie en 2011. Elles ont entendu l'hymne nazi au lieu de l'hymne allemand. En fait, la musique est la même, mais depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, c'est la troisième strophe qui est chantée et non plus la première.

(jg/20 minutes)