Natation

15 novembre 2019 10:58; Act: 15.11.2019 11:13 Print

Sun Yang conteste la validité de son contrôle

Lors d'une audience publique devant le TAS à Montreux (VD), l'athlète connu comme le nageur qui «pisse violet» a expliqué que son test antidopage ne s'était pas déroulé dans les règles de l'art.

storybild

Le nageur s'est exprimé en chinois et ses propos ont été traduits en anglais. (Photo: Keystone/AP/Jean-christophe Bott)

Sur ce sujet
Une faute?

Le nageur chinois Sun Yang, accusé d'avoir détruit un échantillon de sang avec un marteau et qui risque de 2 à 8 ans de suspension, a contesté la validité du contrôle subi en septembre 2018, vendredi devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) au cours d'une rare audience publique.

L'audience qui se tient à Montreux s'est ouverte par le témoignage du nageur, trois fois champion olympique à Londres 2012 et Rio 2016 et détenteur de onze titres mondiaux entre 2011 et 2019. Sun Yang est aussi connu sous le nom du nageur qui «pisse violet», comme l'avait surnommé le nageur français Camille Lacourt, écœuré, lors des Jeux olympiques à Rio.

Les personnes chargées du prélèvement «n'étaient pas capables de me montrer les documents prouvant leur identité. Donc comment pouvais-je les autoriser à prendre mon échantillon?», a déclaré Sun, interrogé par les avocats de l'Agence mondiale antidopage (AMA), qui estime aussi que les documents qui lui ont été présentés par les contrôleurs «n'étaient pas valides».

Le nageur, qui n'a pas reconnu avoir détruit l'échantillon de sang, s'est exprimé en chinois et ses propos étaient traduits en anglais.
Au terme de l'audience ouverte aux médias et qui durera toute la journée, Sun ne connaîtra pas la décision du tribunal qui sera mise en délibéré et sera rendue à une date que le TAS n'a pas pu préciser.

Un rapport du comité antidopage de la Fédération internationale de natation (FINA), rédigé en janvier, a confirmé que le nageur avait détruit en septembre 2018 son propre échantillon de sang avec un marteau lors d'un contrôle inopiné.

L'Agence mondiale antidopage (AMA) a interjeté appel devant le TAS après que la Fédération internationale de natation (FINA) a blanchi Sun Yang sur un vice de forme, ce qui avait permis au nageur, âgé de 27 ans, de participer aux Mondiaux de Gwangju, en Corée du Sud, fin juillet, où plusieurs nageurs ont manifesté leur mécontentement face à sa présence.

(afp)