Athlétisme

20 février 2019 18:20; Act: 20.02.2019 18:41 Print

TAS: la ministre sud-africaine va soutenir Semenya

La ministre sud-africaine des Sports, Tokozile Xasa, va venir à Lausanne apporter son soutien à l'athlète.

Une faute?

La ministre sud-africaine des Sports, Tokozile Xasa, a annoncé mercredi qu'elle allait se rendre en Suisse pour «apporter son soutien» à Caster Semenya, qui veut faire invalider un règlement international imposé aux athlètes féminines produisant naturellement beaucoup de testostérone.

Depuis lundi, le tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne examine le recours de la championne sud-africaine contre la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), à l'origine du nouveau règlement.

Il impose à ces femmes «hyperandrogènes» de faire baisser avec des médicaments leur taux de testostérone pour participer aux épreuves internationales du 400 m au mile (1.609 m).

Mme Xasa a annoncé qu'elle allait «décoller ce soir pour Lausanne, en Suisse, pour être au côté de Caster Mokgadi Semenya, afin de lui apporter son soutien et les bons voeux de tous les Sud-Africains».

«Tu cours avec 57 millions de personnes»

«Ma responsabilité sera de transmettre le message de soutien du président Cyril Ramaphosa et du gouvernement», a ajouté la ministre dans un communiqué. L'audience devant le tribunal doit se terminer vendredi.

Mardi, M. Ramaphosa avait officiellement apporté son soutien à la championne. «Lueur d'espoir. Ma soeur. C'est seulement pour te rappeler ta grandeur, parce que tu nous rappelles sans cesse que rien ne vaut l'endurance de l'esprit humain. Tu cours peut-être seule sur la piste, mais tu sais que tu cours avec 57 millions de personnes et plus», avait-il tweeté mardi.

Le gouvernement et les autorités sportives sud-africaines jugent «discriminatoire» le règlement de l'IAAF.

Caster Semenya, triple championne du monde (2009, 2011, 2017) et double championne olympique du 800 m (2012, 2016), assure être «incontestablement une femme». Elle dénonce des règles destinées, selon elle, à la «ralentir».

La décision du panel du TAS devrait être connue fin mars.

Résultats/Classements

(nxp/afp)