France

20 juillet 2014 16:13; Act: 20.07.2014 16:22 Print

Trois rugbymen agressés à la machette

Trois internationaux de l'ASM Clermont-Auvergne ont été hospitalisés après avoir été agressés à la machette et au sabre dans la nuit de samedi à dimanche.

storybild

Les joueurs de l'ASM Clermont-Auvergne à l'entraînement, le 17 juillet dernier. (Photo: AFP/Thierry Zoccolan)

Une faute?

Trois rugbymen internationaux français de l'ASM Clermont-Auvergne (1re div. française) ont été hospitalisés après avoir été agressés à la machette et au sabre dans les rues de Millau (centre) dans la nuit de samedi à dimanche, a-t-on appris de sources concordantes.

Une «dizaine» de personnes munies d'armes blanches ont agressé les joueurs vers 03h00 du matin dimanche, en blessant trois, dont deux étaient toujours hospitalisés à Millau dimanche après-midi, a précisé la police locale, sans donner l'identité des joueurs concernés.

Le talonneur de l'équipe de France Benjamin Kayser, le deuxième ligne Julien Pierre et le centre Aurélien Rougerie, le capitaine de l'ASM, ont été blessés par des agresseurs armés notamment de «machettes et de sabres», avait indiqué auparavant le club auvergnat du Top 14, sur son site internet.

Sortie de boîte de nuit

Benjamin Kayser et Aurélien Rougerie ont été victimes de blessures au bras et Julien Pierre de blessures à la hanche, avait précisé le club, selon qui «leur diagnostic vital n'est pas engagé», même si Julien Pierre «devrait subir une opération afin de soigner de profondes coupures».

Selon les premiers éléments de l'enquête en cours, l'agression aurait suivi une sortie des joueurs en boîte de nuit, à Millau, où une première altercation verbale aurait pu avoir lieu avec d'autres occupants de l'établissement. Les joueurs ont été attaqués au moment où ils rentraient à leur hôtel dans le centre de Millau.

Aucune interpellation n'avait encore été effectuée dimanche après-midi, selon la police.

Les joueurs clermontois résidaient à Millau avant de rejoindre Falgos (sud) pour un stage de quelques jours, a précisé le club auvergnat, finaliste de la Coupe d'Europe 2013 et demi-finaliste européen encore en 2014, évoquant des «faits d'une extrême violence».

(afp)