Basketball

28 mars 2011 20:37; Act: 28.03.2011 20:43 Print

Un vent de folie souffle en mars sur les USA

par Grégory Beaud - La phase finale du championnat universitaire américain a un nom: March Madness. Tout un pays vit au rythme des exploits des futures stars de la NBA.

storybild

Le joueur de Kentucky Liggins (avec le ballon) a permis à son équipe d’éliminer North Carolina. (Photo: Reuters)

Une faute?

Lors de la finale de 1982, Michael Jordan avait inscrit le panier décisif de la finale entre North Carolina et Georgetown sur la tête de Patrick Ewing. «C’était le tournant de ma carrière», a remarqué «Sa Majesté». Cela ne date pas d’hier, les légendes se font et se défont lors du prestigieux March Madness.

De grands noms jalonnent la riche histoire du tournoi final. Oscar Robertson ou Magic Johnson y ont fait des étincelles, récoltant un «triple-double» en finale. Shaquille O’Neal détient le record du nombre de tirs bloqués (12), alors que le légendaire Bill Russell avait capté 27  rebonds en un match. Si la plupart des géants ont triomphé au terme de March Madness, Wilt Chamberlain est en reste. Dominateur à ce niveau, le futur joueur de Philadelphie et des Lakers de Los Angeles devait faire face chaque soir à trois défenseurs tentant de le freiner. Ce «traitement de faveur» l’a poussé à devenir professionnel après deux années universitaires infructueuses.

Le week-end passé, les quarts de finale ont permis à Kentucky, Connecticut, Butler et Virginia d’atteindre le «Final Four», qui se déroulera du 2 au 4 avril à Houston, pour mettre un point final à ce mois de folie. En Suisse, il sera possible de suivre ces matches sur la chaîne­ sportive ESPN America.

Cette compétition déchaîne les passions dans les salles et fait recette à la télévision également. Ainsi, le tournoi complet a été renégocié par la ligue avec diverses chaînes privées et les quatorze années à venir ont coûté 11 milliards de dollars. Un chiffre à la hauteur de la folie de ce rendez-vous traditionnel.