Judo

04 décembre 2019 19:14; Act: 05.12.2019 08:56 Print

Championne olympique française sans le sou

Couverte d'or à Rio en 2016, la judokate Émilie Andéol timbre désormais au chômage et vit dans la précarité.

storybild

Emilie Andéol avait ému le monde entier à Rio. (Photo: Reuters)

Une faute?

Le sport français vénère ses héros. Mais tend aussi, parfois, à les oublier... La douloureuse trajectoire d'Émilie Andéol, rendue publique à travers un entretien bouleversant accordé au quotidien «Le Parisien», vient cruellement le rappeler.

Il y un peu plus de trois ans, à Rio de Janeiro, la Bordelaise aujourd'hui âgée de 32 ans avait fait vibrer tout l'Hexagone en décrochant l'or olympique des plus de 78 kilos. Jamais judokate française n'avait connu pareille consécration dans la catégorie reine des tatamis. Son exubérance sur le podium - des larmes de joie inoubliables et une «Marseillaise» vaillamment chantée, la main sur le coeur - avait ému le téléspectateur lambda, français et même étranger.

Les temps ont bien changé. Malgré son titre olympique et ses diplômes (elle n'a jamais délaissé les études), Émilie Andéol vit des heures délicates, toutes de doute et de précarité. «C'est chaud de dire ça, mais je suis en pleine galère, a-t-elle confié au «Parisien». Oui, je suis championne olympique et je suis au chômage. C'est difficile de se dire que j'ai charbonné pendant douze ans pour en arriver là. Je me suis battue, personne ne croyait en moi.»

Teddy Riner cannibalise l'attention

La frustration de la Bordelaise est compréhensible. «J'ai gagné les Jeux je me suis dit: «Je vais en profiter». Et finalement rien. Parfois, je regrette d'avoir été championne olympique. La chute aurait été moins dure. Je pensais tellement que ma vie changerait.« Les sponsors potentiels ne se sont pas pressés aux portillons. «On me disait: «Tu comprends, il y a Teddy Riner....»

«Tout cela a eu des conséquences sur mon moral, a-t-elle encore confessé. J'ai pris 10 kilos. Je fais un gros travail sur moi pour extérioriser. Je me suis mise à écrire. J'avais entendu parler de la petit mort d'après-carrière. Moi, j'ai perdu cette adrénaline. Je ne suis pas devenue la reine du pétrole à Rio. Mais j'ai plein d'envies et d'idées.»

Résultats/Classements

(Sport-Center/BCR)