Athlétisme

09 juin 2011 22:39; Act: 09.06.2011 22:49 Print

Usain Bolt signe la meilleure performance

Usain Bolt a assuré le spectacle sans être inquiété lors du meeting d'athlétisme d'Oslo. Le Jamaïcain a signé la meilleure performance mondiale de l'année sur 200 m en 19''86.

storybild

Le Jamaïcain Usain Bolt au meeting d'athlétisme d'Oslo.

Une faute?

Usain Bolt a en partie rassuré en signant la meilleure performance mondiale de l'année sur 200 m en 19''86 au meeting d'Oslo (Ligue de diamant), mais il lui reste du travail en vue des Mondiaux de Daegu à fin août. Sous la pluie et dans un stade du Bislett comble, le Jamaïcain a assuré le spectacle sans être inquiété.

Bolt a amélioré de 0''09 la MPM que détenait jusqu'à présent son jeune compatriote Nickel Ashmeade, conservant son invincibilité sur la distance qui dure depuis 2007. «Le 200 m, c'est ma course. Je ne me sens jamais nerveux sur cette distance», avait-il dit la veille.

Le triple champion olympique et du monde, au couloir six, n'a pas eu à forcer son talent pour avaler dès le milieu du virage ses rivaux, parmi lesquels seul le Norvégien Jaysuma Saidy Ndure (2e en 20''43) avait déjà couru en moins de 20'' par le passé.

Mais Bolt est encore assez loin de son meilleur niveau. S'il est apparu plus fluide que sur ses 100 m à Rome et Ostrava (9''91), il ne rappelle pas encore tout à fait «la Foudre» (son surnom) qui le caractérisait en 2008 et 2009. Le Jamaïcain va maintenant retourner dans son pays pour «travailler dur» comme il l'a promis et revenir en Europe pour le meeting de Paris début juillet.

Surprise marocaine

La performance la plus étonnante de la soirée est venue de la Marocaine Halima Hachlaf, gagnante du 800 m en 1'58''27, meilleure performance mondiale de la saison. Habile tacticienne, elle est restée cachée jusqu'à quelques dizaines de mètres de l'arrivée, pour déborder la championne du monde Caster Semenya (AfS) et la championne d'Europe Mariya Savinova (Rus).

De retour au plus haut niveau après une éclipse de près d'un an consécutive à la polémique sur son genre sexuel, Semenya (3e) signe en 1'58''61 son meilleur chrono depuis son titre mondial à Berlin en 2009 mais a présumé de ses forces en voulant suivre seule le rythme du lièvre dans le premier tour.

Les promesses dans les concours n'ont pas été tenues. En l'absence de son héros lanceur Andreas Thorkildsen, blessé, le public norvégien a dû «avaler» la victoire au javelot du gaucher allemand Matthias De Zordo (83m94). Il s'est réchauffé avec le succès de la petite amie de Thorkildsen, la Norvégienne Christina Vukicevic, sur 100 m haies (12''79).

Le Neuchâtelois Jean-Pierre Egger, ancien coach de Werner Günthör, a pu se réjouir de la victoire au poids de sa nouvelle protégée, la Néo-Zélandaise Valerie Adams-Vili. La championne olympique, qui s'est préparée à Macolin, a accompli un nouveau pas pour relancer sa carrière en s'imposant avec 20m26.

Le chrono sous les 8' annoncé sur 3000 m steeple n'a pas été réalisé, mais la course fut belle avec la victoire... d'un des lièvres, le Kényan Paul Kipsiele Koech, qui est allé au bout de son effort sans être inquiété. A la clé, une meilleure performance mondiale de l'année en 8'01''83. Médaillé de bronze aux JO d'Athènes en 2004, Koech a devancé son compatriote et champion olympique en titre Brimin Kipruto. Le Français Mahiedine Mekhissi, qui visait le record d'Europe (8'01''18), a échoué pour plus de 13 secondes.

(ats)