Rugby

17 novembre 2019 11:09; Act: 18.11.2019 09:09 Print

Vahaamahina, de fossoyeur à héros de la nation?

Des voix s'élèvent pour réhabiliter Sébastien Vahaamahina. Son expulsion avait précipité la défaite des siens contre le Pays de Galles en Coupe du monde.

storybild

Sébastien Vahaamahina avait été accusé de tous les maux après son coup de coude rédhibitoire. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

C'était le 20 octobre dernier. Souvenez-vous. Ce matin-là (pour nous, avec le décalage horaire), à Oita au Japon, la France s'incline 19-20 face au Pays de Galles pour le compte des quarts de finale de la Coupe du monde. Une élimination on ne peut plus cruelle pour le XV tricolore, qui a mené jusqu'à la 74e minute de jeu et qui a joué près d'une demi-heure en infériorité numérique après l'expulsion de Sébastien Vahaamahina pour un coup de coude unanimement qualifié d'«inexcusable».

Il n'en fallait pas plus pour que le deuxième ligne de Clermont Ferrand, originaire de Nouvelle-Calédonie, soit considéré comme le fossoyeur du rugby français, voire même - pour certains - de «traître à la nation».

«Nous nous serions encore mentis»

Aujourd'hui pourtant, avec près d'un mois de recul, le soufflé est retombé. Des voix s'élèvent même pour réhabiliter le «coupable» tout désigné de Oita. Ancien joueur et entraîneur, notamment de Bordeaux, mais surtout nouveau consultant rugby de la chaîne Canal Plus, Vincent Etcheto (50 ans) a attisé ce mouvement de rédemption en lançant à l'antenne: «Ce coup de coude est salvateur car sans lui nous nous serions encore menti 4 ans de plus.» Sous-entendu: sur la valeur actuelle du rugby français.

Une affirmation corroborée par les écrits (sur le site www.sports.fr) de Sylvain Labbe, journaliste spécialisé du monde de l'ovalie. «On ferait mieux de remercier l'auteur de ce coup de coude en mondiovision, estime-t-il lui aussi. Car oui, «Vahaa» a peut-être bien plutôt rendu service à ce rugby français, qui depuis trop longtemps se ment à lui-même Mais sans doute était-il bien plus aisé de jeter en pâture ce jeune homme de peu de mots, d'en faire une brute épaisse sans cervelle plutôt que de constater que cette équipe de France, aussi frustrante soit cette défaite, est aujourd'hui à sa place, celle vers laquelle ses errements trop souvent répétés depuis bientôt dix ans l'ont précipitée.»

Il faut dire que sur les 46 matches disputés par Sébastien Vahaamahina en sélection nationale, les Bleus ont concédé 27 défaites. Et que «Vahaa» n'a vu rouge qu'une seule fois pour un coup de coude...

Résultats/Classements

(Sport-Center)