Tour de France

28 juillet 2014 21:09; Act: 28.07.2014 20:14 Print

Apprendre dans la douleur

par Jean-Philippe Pressl-Wenger - A 25 ans, Sébastien Reichenbach a terminé sa première Grande Boucle en serrant les dents. Mais il en est sorti plus endurci.

storybild

Une chute en première semaine a handicapé le Valaisan. (Photo: Keystone/AP/Fred Mons)

Sur ce sujet
Une faute?

«Si ça n'avait pas été mon premier Tour de France, j'aurais abandonné.» Au moment d'évoquer ses trois semaines de course, le Valaisan de l'équipe IAM Cycling n'a pas pris de gants. «J'ai eu de bonnes sensations uniquement le deuxième jour, dans l'étape vers Sheffield, se souvient-il. Ensuite, entre les chutes et des douleurs à la selle, ça a été la galère. J'ai traîné ma misère durant deux semaines.»

Satisfait d'arriver à Paris, le Martignerain a toutefois réussi à tirer du positif de son périple à travers l'Hexagone. «J'ai toujours gardé à l'esprit que ce que j'étais en train de vivre pouvait me servir pour la suite, résume le grimpeur. Du coup, je sais que j'ai évolué, j'ai passé un cap psychologique.» Sans rancune mais avec quelques regrets, Sébastien Reichenbach reste persuadé qu'il reviendra sur la Grande Boucle très bientôt et assurément avec de meilleures sensations.

«De toute façon, ça ne pourra pas être pire que cette année, analyse-t-il, réaliste. Mais j'aimerais peut-être faire l'expérience d'un autre grand tour, par exemple la Vuelta. Et revenir en France dans deux ans avec un peu plus d'expérience.»

Pour l'instant, il doit récupérer. Chez lui, il va s'adonner aux sorties à VTT avant de couper quelques jours. Ensuite, il entamera la préparation pour sa prochaine compétition par étapes: le Tour du Limousin, qui se disputera du 19 au 22 août.

Twitter -> @JPPresslWenger