Cyclisme

22 mai 2019 19:58; Act: 22.05.2019 22:35 Print

Ewan plus fort que Démarre

par Afp - L'Australien a battu le Français au sprint à l'arrivée de la 11e étape du Tour d'Italie, mercredi à Novi Ligure.

storybild

L'Australien a été plus rapide que le Français (à dr.). (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

L'Australien Caleb Ewan (Lotto) a remporté au sprint la 11e étape du Tour d'Italie, mercredi, à Novi Ligure (nord), devant le Français Arnaud Démare.

L'Italien Valerio Conti (UAE Emirates) a gardé le maillot rose de leader avant d'aborder jeudi la première montée des Alpes.

Ewan (24 ans) s'est imposé pour la deuxième fois dans ce Giro, quatre jours après avoir enlevé la 8e étape à Pesaro. Dans la soirée, il a annoncé son retrait de l'épreuve. «A partir de maintenant, ce sont quasi uniquement des difficiles étapes qui ne nous conviennent pas. Je pense que l'organisation a fait des choix pour que les meilleurs sprinteurs soient au départ, bien qu'ils ne terminent pas le Giro. Mais, de cette façon, il y a eu une belle lutte dans les étapes plates», a-t-il expliqué.

800 km en tête

Trois habitués des échappées au long cours, les Italiens Marco Frapporti, Mirco Maestri et Damiano Cima, sont partis de nouveau à l'avant dans cette étape de plaine de 221 km, sous le soleil.

Frapporti, le coureur qui est resté le plus longtemps en tête depuis le départ (près de 800 km désormais !), et ses compagnons se sont relevés à 25 kilomètres de Novi Ligure.

Au sprint, Ewan a débordé le champion d'Allemagne Pascal Ackermann, qui n'a pu faire mieux que troisième au lendemain de sa chute.

Démare, le plus rapide la veille à Modène, a pris la deuxième place et réalisé une bonne opération pour le classement par points, en devançant Ackermann qui n'avait qu'un seul point d'avance sur lui au départ de Carpi.

Le champion d'Italie Elia Viviani, vainqueur de quatre étapes l'an passé, a échoué une nouvelle fois. Il s'est classé quatrième du sprint à Novi Ligure, la ville des «campionissimi» Costante Girardengo et Fausto Coppi.

Une étape de légende

Jeudi, la 12e étape, au pied des Alpes piémontaises, relie deux villes entrées en 1949 dans l'histoire du Giro quand Fausto Coppi avait réalisé une échappée mémorable entre Cuneo et Pinerolo.

Le parcours, tout à fait différent cette fois, emprunte la première ascension classée en première catégorie dans cette édition, la montée très pentue de Montoso (8,8 km à 9,5 %). Si le sommet est situé à 32 kilomètres de l'arrivée, un dernier «mur» est placé à 2 kilomètres de la ligne installée à Pinerolo.

Cyclisme

(nxp)