Tour de France

03 juillet 2014 09:59; Act: 03.07.2014 10:10 Print

Froome contre Contador, le duel qui promet

Chris Froome contre Alberto Contador. Telle est l'alléchante affiche du Tour de France, dont le départ est donné samedi à Leeds (GB).

storybild

Chris Froome avait remporté le Tour de France, l'an passé. (Photo: Keystone/AP/Laurent Rebours)

Sur ce sujet
Une faute?

Entre le Britannique et l'Espagnol, il est difficile de dégager un favori. Prototype du grimpeur-rouleur, Froome a l'avantage de la polyvalence. Mais comme cette édition 2014 ne propose qu'un contre-la-montre, le tenant du titre devra également faire la différence en montagne. Un terrain sur lequel Contador a retrouvé toute sa verve, lui qui a été particulièrement flamboyant cette saison dès que la route s'élevait, comme par exemple lors de ses victoires à Tirreno-Adriatico et au Tour du Pays basque.

Froome a, lui aussi, agrémenté sa préparation de plusieurs succès en 2014, notamment sur le Tour de Romandie. Le natif kényan a toutefois connu quelques pépins physiques ces derniers mois (douleurs dorsales, infection pulmonaire). Rien de rédhibitoire, mais néanmoins gênant dans la préparation minutieuse qu'exige un Tour de France.

Dans sa formation Sky, Froome est toujours bien entouré, même si l'équipe britannique semble moins redoutable que lors de ses précédents triomphes sur le Tour, en 2012 avec Bradley Wiggins et 2013 avec Froome. Ce dernier sera notamment épaulé cette année par son fidèle lieutenant Richie Porte (Aus) et par le nouveau venu Mikel Nieve (Esp), qui s'annonce précieux en montagne.

Chez Tinkoff-Saxo, Contador a perdu Roman Kreuziger (Tch), qui vient d'être écarté pour des irrégularités sur son passeport biologique. Mais son équipe a rappelé le grimpeur Rafal Majka (Pol), qui avait laissé une bonne impression sur le dernier Giro (6e). Michael Rogers (Aus), Nicolas Roche (Irl) et autre Jesus Hernandez (Esp) seront aussi appelés à l'aider en montagne.

Des outsiders en pagaille

Ce duel entre le tenant du titre et l'ancien double vainqueur (2007 et 2009) pourrait toutefois être troublé par l'un des nombreux outsiders. Pour s'en convaincre, il suffit de se rappeler du dénouement du dernier Critérium du Dauphiné. Lors de cette répétition générale au Tour, Froome avait été diminué par une chute, et Contador, malgré un beau baroud d'honneur, s'était retrouvé trop isolé pour empêcher la victoire finale de l'Américain Andrew Talansky.

Parmi ces outsiders, il faudra notamment surveiller de prêt l'Italien Vincenzo Nibali (Astana), annoncé comme le «troisième homme» du Tour et qui est bien décidé à s'offrir cette Grande Boucle après ses succès sur le Giro et la Vuelta.

L'Espagnol Alejandro Valverde (Movistar), les Américains Tejay Van Garderen (BMC) et Andrew Talansky (Garmin), le Néerlandais Bauke Mollema (Belkin), le Portugais Rui Costa (Lampre), le Belge Jürgen Van den Broeck (Lotto) ou le le Polonais Michal Kwiatkowski (Omega) semblent aussi avoir les armes pour jouer les trouble-fête.

Cinq arrivées en altitude

Concernant ce parcours, les organisateurs ont tout fait pour créer du suspense dès le début. Si la première étape (et le premier maillot jaune) semble destinée à un sprinter, la deuxième journée proposera déjà des difficultés avec un parcours vallonné avant d'arriver à Leeds. Toujours en première semaine, la 5e étape avec ses pavés s'annonce très piégeuse.

Pour dissuader les favoris de jouer l'attentisme, la moyenne montagne sera aussi valorisée cette année avec trois journées dans les Vosges. C'est toutefois dans les Alpes (2 étapes), puis surtout dans les Pyrénées (3) que la grande bagarre est attendue. Et s'il faut encore départager les favoris, le chrono de Périgueux (54 km) servira de juge de paix à la veille d'arriver à Paris.

(ats)