Cyclisme

06 juillet 2018 01:06; Act: 06.07.2018 15:19 Print

Froome hué, c'était Waterloo à l'envers

par Stéphane Combe, La Roche-sur-Yon - Le public de La Roche-sur-Yon, théâtre du Grand Départ du Tour de France, a réservé un accueil plus que froid au Britannique jeudi soir.

storybild

Chris Froome affiche un large sourire, mais le public n'a pas fini de crier son mécontentement. (Photo: Keystone)

Une faute?

La Roche-sur-Yon a pris un petit air de Waterloo inversé, jeudi soir lors de la présentation des coureurs du Tour de France. Car sur la place Napoléon, où trône une splendide sculpture de l'ancien empereur, c'est cette fois l'Anglais qui est reparti la queue entre les jambes.

Un Waterloo à l'envers, donc. Au coeur de la cité vendéenne, sous le regard pas si bienveillant de Bonaparte, Chris Froome n'a certes pas été conspué par l'ensemble du public. Mais les insultes ont plu de toutes parts. Pêle-mêle, les spectateurs ont traité le triple vainqueur sortant de «sale tricheur» ou encore l'ont invité à rentrer chez lui.

Rien d'étonnant à cela, puisque l'organisateur de l'épreuve (ASO) avait lui-même interdit de départ le grand favori il y a moins d'une semaine. Mais la décision de l'UCI est entre-temps venue blanchir le coureur de 33 ans après son contrôle antidopage anormal de la dernière Vuelta.

Insuffisant pour calmer les ardeurs du public, qui s'est déjà lâché avant même le départ, prévu samedi sur l'Île de Noirmoutier. Un traitement qui a contrasté avec l'ovation réservée quelques minutes plus tôt à Romain Bardet, le chouchou des Français, candidat à la victoire finale.

L'équipe Sky a bien tenté d'accélérer son tour d'honneur sur la place Napoléon, en se présentant au dernier moment dans la file des cyclistes. Mais la formation britannique n'a pu empêcher les sifflets de surgir de toutes parts. Chris Froome, lui, a fait mine de ne rien entendre. Quelques heures auparavant, il avait lancé un appel au calme.

Or il semble bien que le public n'a pas fini de crier son mécontentement sur les routes de l'Hexagone. Affaire à suivre, donc...

Cyclisme

(nxp)