Cyclisme

28 avril 2019 17:03; Act: 28.04.2019 17:37 Print

Jakob Fuglsang avait des fourmis dans les jambes

Le Danois a remporté dimanche en solitaire Liège-Bastogne-Liège, la doyenne des classiques, au terme d'un fantastique numéro.

storybild

Jakob Fuglsang n'avait été battu que de justesse lors de la Flèche wallonne. Il a pris une cinglante revanche dimanche. (Photo: AFP)

Une faute?

Le Danois Jakob Fuglsang (Astana) a imposé sa force, dimanche, dans Liège-Bastogne-Liège, la Doyenne des classiques cyclistes.

Fuglsang, troisième de l'Amstel Gold Race puis deuxième de la Flèche Wallonne lors des deux premières courses ardennaises, est arrivé en solitaire au bout des 256 kilomètres. L'Italien Davide Formolo a pris la deuxième place, à 27 secondes, dans cette 105e édition rendue éprouvante par la pluie longtemps présente avant l'éclaircie puis le soleil dans les deux dernières heures.

Dans la Roche-aux-Faucons

Un autre coureur de l'équipe Bora, l'Allemand Maximilian Schachmann, a réglé un petit groupe pour la troisième place, à près d'une minute, devant le Britannique Adam Yates (4e), le Canadien Michael Woods (5e) et le Français David Gaudu (6e).

Fuglsang, 34 ans, a enlevé sa première classique. Médaillé d'argent de la course des JO de Rio, le grimpeur danois, qui a commencé par le VTT, compte notamment à son palmarès une victoire dans le Dauphiné 2017.

La course s'est dénouée dans la Roche-aux-Faucons, la dernière côte du parcours. Auparavant, après une longue échappée poursuivie par le Français Julien Bernard jusqu'à 67 kilomètres de l'arrivée, aucun mouvement n'avait pu se développer durablement malgré une longue tentative de l'Estonien Tanel Kangert sorti seul d'un groupe dans La Redoute.

Dans la Roche-aux-Faucons, Fuglsang a forcé l'allure et a été suivi seulement par Formolo et le Canadien Michael Woods. Le favori, le Français Julian Alaphilippe, n'a pu garder le contact sur la pente la plus raide, pas plus que les autres prétendants (Bardet, Nibali, A. Yates, Matthews, etc).

«La course a été dure»

Fuglsang a décroché ensuite ses deux derniers compagnons sur une petite montée, à 13 kilomètres de l'arrivée. Il a augmenté son avance par la suite et a connu seulement une grosse émotion dans la descente glissante vers Liège, où il a failli aller à la faute.

«La course a été dure», a déclaré Fuglsang. «L'équipe a fait un très bon travail, elle m'a placé en position idéale au moment important. Quand Woods a attaqué dans la Roche-aux-Faucons, c'était parfait pour moi. Je n'ai eu qu'à prendre sa roue».

«Après, j'étais obligé d'attaquer, je ne pouvais pas attendre le sprint», a ajouté le Danois, qui a apporté une nouvelle prise au tableau de chasse de l'équipe Astana, très souvent victorieuse depuis le début de saison.

Cyclisme

(nxp/afp)