Cyclisme

14 mai 2012 21:56; Act: 15.05.2012 09:58 Print

La Romandie boudée par le Tour de Suisse

par Oliver Dufour - Verbier accueillera la seule arrivée en terres francophones. Une rareté pour laquelle Alémaniques et «Welsches» se renvoient la balle.

storybild

Cette année, le Tour ne se rendra en terres romandes que pour une petite visite de courtoisie. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

«On a déjà notre Tour de Romandie. On sait que l’autre est alémanique», juge Alex Moos. L’ex-cycliste de Miège (VS), qui avait remporté en 2002 l’arrivée du Tour de Suisse (TdS) à Verbier, a sans doute le mieux résumé ce qui oppose ces deux grandes courses par étapes.

Dans l’esprit collectif, le TdS est rattaché aux régions germanophones du pays. Dans les faits aussi: la boucle nationale, ces dernières années, n’a jamais observé plus d’un ou de deux passages par édition en Suisse romande. Les organisateurs des deux épreuves clament pourtant en vouloir plus. «La Suisse romande nous intéresse», assure Rolf Huser.

«Romandie bienvenue en 2014»
Pour le directeur économique du TdS, géré par IMG, il est difficile de trouver des localités disposées à accueillir son Tour. «Les cantons romands soutiennent officiellement le «Romandie». C’est dur de convaincre leurs communes. Mais nous sommes ouverts. Si une ville francophone veut participer en 2014, elle sera la bienvenue.» Directeur technique du TdS, Kurt Betschart abonde dans son sens. «En outre, il y a parfois la concurrence du Tour de France, comme cette année à Porrentruy.»

De son côté, Richard Chassot jure qu’il accueillerait à bras ouverts une meilleure présence romande sur le Tour de Suisse. «Mais ils préfèrent aller là où on paie plus pour faire une étape, comme au Tyrol ou à Lugano», dénonce le patron du Tour de Romandie et président de Swiss Cycling. En 2015, l’organisation du TdS changera de mains (InfrontRingier). L’occasion de chambouler les mentalités?