Cyclisme

01 juin 2019 00:19; Act: 01.06.2019 17:16 Print

Le TPV, une affaire qui roule presque

par Robin Carrel, Chamblon - Vendredi, Chamblon a accueilli l'arrivée de la 1re étape du Tour du Pays de Vaud cycliste. Une course qui a tout d'une grande. Sauf les finances, finalement.

storybild

(Photo: DR)

Une faute?

«Ils passent à quelle heure, les cyclistes?», s'est inquiétée la postière des lieux, vendredi vers 15h. «Ne vous inquiétez pas Madame, le premier passage est prévu pour 17h et le second environ une heure après», lui a-t-on répondu. «Oh ben j'ai le temps de finir ma tournée alors, ça va!» Il faut dire que le village situé sur les hauts d'Yverdon-les-Bains semblait bien désert, alors que les 19 formations du peloton de la boucle vaudoise devaient arriver sur place en fin d'après-midi.

Désert ou presque, parce que passé le Château, quelques encablures avant la Caserne - elle aussi désertée de tout militaire pour cause de long week-end et pour le plus grand désespoir de ses tenanciers -, une petite armée s'était mise en branle depuis quelques heures déjà. Le Tour du Pays de Vaud voyait sa première étape être jugée sur la route du centre du village, près des courts de tennis, entre les deux terrains de foot, et cela ne s'improvise pas.

Les barrières y ont été installées par la Commune en matinée, de longues heures avant le premier passage du peloton. Ensuite ont été érigés les buvettes, l'écran-géant - invisible parce qu'en plein soleil -, de quoi faire à manger et, forcément, le podium pour le gagnant du jour et afin d'y récompenser les divers porteurs de maillots distinctifs. On dit souvent que le Tour de Romandie est un condensé de Tour de France, la Mecque du sport cycliste. Le Tour du Pays de Vaud, lui, ressemble vraiment à un mini-Tour de Romandie. Car les cyclistes de demain s'y révèlent aussi, même si c'est encore plus en amont dans leur carrière par rapport à la Grande Boucle..

Et bien cela n'a pas manqué, vendredi, car vous devriez retenir le nom du gagnant. Comme la veille lors du prologue à Echichens, c'est Marco Brenner qui l'a emporté. Cette fois, devant presque un millier de spectateurs à Chamblon, où le village était finalement en fête, un Français (Alex Baudin) et deux Norvégiens (Vegard Stokke et Dennis Grasvold). Le fluet Bavarois de 16 ans et dix mois s'est imposé en force sur les rampes de la cité du Nord-Vaudois et le jeune Allemand a adoré qu'on ait réussi à capturer ce moment sur notre smartphone, histoire de pouvoir le balancer lui-même sur Instagram quelques heures plus tard.

Malgré le succès de cette journée ensoleillée, l'équilibre financier de la manifestation n'est pas simple à trouver. Le budget de la course est d'environ 200'000 francs, contre près de 5,5 millions à la boucle romande des «grands». Il y a quelques semaines, une opération de crowdfunding avait été lancée, dans l'espoir de trouver quelque 23'000 francs pour renouveler et moderniser certains équipements.

Le relais de Stefan Küng, ancien participant de l'épreuve, et des «retweets» à l'international n'y ont pas suffi, l'opération a eu de la peine à décoller et moins de 8000 francs ont été récoltés jusqu'ici. Il reste quelque deux semaines aux fans de vélo intéressés pour se mobiliser, afin que le Tour du Pays de Vaud reste une des courses de référence des jeunes cyclistes. A votre bon coeur, Messieurs-Dames! Ça permettra d'autres moments de fête comme ce vendredi soir à Chamblon.

Cyclisme